La droite renforce ses attaques contre DSK

le
0
La droite a redoublé de critiques dimanche contre Dominique Strauss-Kahn, candidat de plus en plus probable à l'investiture socialiste pour 2012. Benoît Hamon dénonce les «relents très moisis».

Pour l'UMP, Dominique Strauss-Kahn est désormais un adversaire politique comme un autre. Protégé par son statut de président du FMI et quasi-inexistant dans le débat politique national, le socialiste avait un temps échappé aux critiques de la droite. Mais depuis les confidences d'Anne Sinclair, qui a expliqué dans Le Point de cette semaine qu'elle ne souhaitait pas que son mari brigue un second mandat à la tête du FMI, DSK et ses 60% de bonnes opinions fait figure de concurrent direct en vue de 2012.

Signe de l'impatience ou de l'inquiétude de la majorité, la réaction a été coordonnée et virulente. Dimanche, Pierre Lellouche a ouvert le bal : sur radio RCJ, le secrétaire d'Etat au Commerce extérieur a mis en doute la capacité de Dominique Strauss-Kahn à rassembler la gauche. «C'est un bon candidat mais en même temps, est-ce qu'il rassemble son propre camp ? Parce que c'est quand même la gauche ultra-caviar», a-t-il lancé. Avant d'insister : «Beaucoup de gens d

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant