La droite populiste allemande à l'assaut de la Mannschaft

le
0
La droite populiste allemande à l'assaut de la Mannschaft
La droite populiste allemande à l'assaut de la Mannschaft

De plus en plus présente dans le paysage médiatique allemand, la droite populiste a décidé de s'attaquer à la Nationalmannschaft et ses joueurs issus de l'immigration. Une tactique qui révolte dans un pays où le football (et le sport en général) est intouchable.

En France, il est de bon ton de critiquer les footballeurs. Passée l'euphorie de France 98, les politiques français s'en sont donnés à cœur joie. A peu près tous les footeux du pays ont été critiqués au moins une fois. Souvent car ils sont " trop payés ", " qu'ils ne chantent pas La Marseillaise ", " qu'ils ne parlent pas bien français " ou " que leurs coupes de cheveux sont ridicules ".
"Aujourd'hui, près de 28 millions d'Allemands sont licenciés au sein d'une fédération."
Et ce ne sont pas les dernières sorties de Karim Benzema qui vont arranger les choses. En Allemagne, la donne est normalement toute autre. Outre-Rhin, pratiquer un sport est quasiment obligatoire. "Au sein de la société allemande, le sport joue un rôle prépondérant. Aujourd'hui, près de 28 millions d'Allemands sont licenciés au sein d'une fédération. Et contrairement à beaucoup de pays, on trouve au sein de ces licenciés des gens de tout âge et de toutes les couches sociales " , explique Gudrun Doll-Tepper, professeure à l'Université Libre de Berlin, spécialiste de l'intégration par le sport.


La fédération de football allemande (DFB) compte à elle-seule 7 millions de ces licenciés. Si on rajoute à ce chiffre les footballeurs du dimanche, il est estimé que plus de 10 millions d'Allemands tâtent régulièrement le cuir. Et à la différence de la France, le football n'est pas un sport clivant, réservé aux classes populaires. Tout le monde (ou presque) le pratique, tout le monde (ou presque) le regarde. S'attaquer aux footballeurs n'est donc pas quelque chose de bien vu. Surtout depuis 2006, et la Coupe du monde à domicile, qui a réconcilié l'Allemagne avec sa fierté nationale. De plus, historiquement, les politiques allemands se risquent très rarement à traiter en public de ce qui ne relève pas de leurs compétences. Mais voilà, depuis quelques mois, en raison la montée en flèche de la droite populiste, la donne est en train de changer.

Pegida vs Kinder


Des dérapages émanant de certains groupuscules, il y en a toujours eu, surtout depuis l'avènement…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant