La Droite populaire souhaite passer de la notoriété à la crédibilité

le
0
Pour en finir avec une image «réductrice», Thierry Mariani a présenté mardi les 12 propositions du «projet global» du mouvement dont il est le cofondateur.

La Droite populaire a décidé de s'organiser en «courant d'idées». But de l'opération, selon Thierry Mariani, qui a cofondé ce club informel quand il était encore député du Vaucluse, l'an dernier, avec son collègue des Alpes-Maritimes Lionnel Luca : «Passer de la notoriété à la crédibilité.» «En une année, on a certes réussi à exister, explique le ministre chargé des Transports, mais on était surtout réputés savoir faire des "coups"».

C'est donc pour en finir avec cette image «réductrice» que la Droite populaire a rendu publiques mardi 12 propositions, déclinées en 80 mesures. «Nous prouvons grâce à ce travail que nous sommes porteurs d'un projet global, et pas un syndicat de défense des chauffards, comme nos détracteurs ont tenté de le faire croire au moment de l'affaire des radars», veut croire Thierry Mariani.

Avant de lancer leur initiative, les animateurs de la Droite populaire ont averti Jean-François Copé. «Le secrétaire gü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant