La droite minimise l'ampleur de la primaire

le
0
RÉACTIONS - Tout en reconnaissant que le processus est une réussite, plusieurs ténors de l'UMP, à l'image de Jean-François Copé, relativisent la portée de ce vote où seuls «4 Français sur 100» sont allés voter.

Alors que la participation à la primaire du PS a dépassé les attentes du PS, la majorité hésite entre fair-play et minimisation. Certaines figures de la droite saluent sans ambages un succès populaire. D'autres préfèrent en nuancer la portée en vue de 2012.

Dominique Bussereau reconnaît sur twitter «un vrai succès», qui «doit faire réfléchir» la majorité. Une position qu'il a réitérée sur BFMTV. «Cela ne nous facilite pas la tâche. Cela doit nous faire réfléchir. En 2012, notre candidat naturel sera le président sortant Nicolas Sarkozy mais en 2017 ou pour les cas compliqués comme au centre et à Paris, il faudra peut-être une primaire». L'ancien ministre des transports, rival malheureux de Ségolène Royal en Poitou-Charentes aux dernières régionales, s'interroge néanmoins sur un contrecoup de la primaire pour son vainqueur. «Il aura fait un effort énorme de présence, de campagne, de déplacements, il aura donné toutes ses idées. Il faudra qu'il s

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant