La droite japonaise triomphe, le parti au pouvoir laminé

le
2
LE PDJ, AU POUVOIR AU JAPON, LAMINÉ LORS DES LÉGISLATIVES ANTICIPÉES
LE PDJ, AU POUVOIR AU JAPON, LAMINÉ LORS DES LÉGISLATIVES ANTICIPÉES

par Linda Sieg et Kiyoshi Takenaka

TOKYO (Reuters) - Le Parti libéral démocrate (PLD), qui prône plus de fermeté à l'égard de la Chine, a largement remporté dimanche les élections législatives anticipées au Japon, renvoyant dans l'opposition le Parti démocrate (PDJ) après une parenthèse de trois ans.

Selon les projections établies par la chaîne de télévision Asahi sur la base des sondages sortie des urnes, le PDL, qui avait été battu en 2009, remporterait à lui seul 296 des 480 sièges de la chambre basse du Parlement.

Allié aux 32 élus du Nouveau Komeito, il disposerait d'une majorité qualifiée de deux tiers des élus, ce qui permettrait de sortir d'un blocage possible avec la chambre haute, sans majorité solide et de sortir de l'instabilité politique qui a vu les gouvernements se succéder depuis 2006.

Le Parti démocrate, qui avait mis fin il y a trois ans à l'hégémonie du PLD sur la vie politique japonaise de l'après-guerre, est laminé : il obtiendrait 65 élus, contre 308 dans l'Assemblée sortante.

Les nationalistes du Parti de la restauration japonaise (PRJ), créé cette année par le populaire maire d'Osaka, Toru Hashimoto, sont crédités pour leur part de 46 sièges de députés.

Conduit par l'ancien Premier ministre Shinzo Abe, le PLD a fait campagne sur une position de fermeté à l'égard de la Chine et sur un assouplissement des politiques monétaire et budgétaire pour relancer l'économie nippone. Il efface de manière éclatante sa cuisante défaite de 2009.

A l'inverse, le Parti démocrate, formation hétéroclite classée au centre gauche, voit sa représentation parlementaire fondre comme neige au soleil. Le Premier ministre, Yoshihiko Noda, en a tiré les conséquences en faisant savoir très vite après la publication des premières projections qu'il démissionnerait probablement de la présidence du PDJ, rapporte la NHK.

PÉKIN "TROUBLÉ"

A 58 ans, Shinzo Abe s'apprête lui à retrouver un poste de Premier ministre dont il avait brutalement démissionné en septembre 2007, sur fond de santé déclinante et de mauvais sondages.

"J'ai fait l'expérience de l'échec en tant qu'homme politique, et pour cette raison précise, je suis prêt à tout donner pour le Japon", déclarait-il durant la campagne.

À l'entame de son mandat en septembre 2006, Shinzo Abe, fils d'un ministre des Affaires étrangères et petit-neveu d'un Premier ministre, était à 52 ans le plus jeune chef de gouvernement japonais depuis la Seconde Guerre mondiale.

Six ans plus tard, le programme du PLD reste favorable au nucléaire, malgré les débats nés de l'accident nucléaire de Fukushima en mars 2011. Il préconise une politique monétaire très accommodante associée à des dépenses budgétaires élevées, afin de lutter contre la déflation qui frappe le Japon, entré dans sa quatrième récession depuis 2000.

Bien que le PLD multiplie les déclarations bellicistes contre la Chine, en raison du contentieux portant sur les îles Senkaku-Diaoyu, revendiquées par les deux pays en mer de Chine orientale, le probable futur Premier ministre devrait, en pratique, s'efforcer d'apaiser les relations avec Pékin, selon des responsables de son propre parti.

A Pékin, l'agence officielle de presse Chine nouvelle a toutefois jugé "troublant" que des partis en lice à ces législatives anticipées aient promis d'adopter une ligne de fermeté sur la question des conflits territoriaux et d'accroître les dépenses militaires.

Tout parti japonais ayant vocation à gouverner, poursuit Chine nouvelle, devrait opter pour une perspective de politique étrangère à long terme visant à réparer les relations avec les Etats voisins.

Considéré comme un "faucon" au sein des nombreuses factions du PLD, Shinzo Abe a par ailleurs dit son intention d'amender la Constitution pacifiste du Japon, rédigée sous l'influence des Etats-Unis après la défaite lors de la Seconde Guerre mondiale et dont l'article 9 affirme que le pays "renonce pour toujours à la guerre".

avec Leika Kihara; Julien Dury, Bertrand Boucey et Henri-Pierre André pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fbordach le dimanche 16 déc 2012 à 14:15

    Ou plutôt incompétence de la gauche japonaise?

  • janaliz le dimanche 16 déc 2012 à 13:57

    Bruits de bottes très, très inquiétants. Et ils ont gagné les élections.

Partenaires Taux