La Droite forte appelle à parrainer Sarkozy pour la tête de l'UMP

le
0

PARIS, 29 août (Reuters) - La Droite forte, le courant sarkozyste de l'UMP, lance vendredi un appel à parrainer Nicolas Sarkozy pour l'élection à la présidence du mouvement, signe supplémentaire, s'il en fallait, de l'imminence d'un retour de l'ancien président. La Haute autorité de l'UMP, chargée de veiller à l'organisation du scrutin des 29 novembre et 6 décembre en cas de second tour, a annoncé vendredi que le nombre de votants potentiels s'établissit à 268.341 adhérents à jour de cotisation. Les candidats à l'élection, qui devront être parrainés par au moins 2.681 adhérents, dont au moins 13 parlementaires, répartis sur au moins 15 fédérations, ont jusqu'au 30 septembre pour se déclarer, précise-t-elle dans un communiqué. Sur son compte Twitter, La Droite forte, courant majoritaire créé par les sarkozystes Guillaume Peltier et Geoffroy Didier, indique le lien vers le formulaire de parrainage, qui est accessible sur le site officiel de l'UMP. "C'est le moment! En remplissant ce parrainage, dites à Nicolas #Sarkozy : 'Nous avons besoin de vous!", peut-on lire. Le retour en lice de l'ancien président, qui reste le grand favori des adhérents du parti, n'est plus qu'un faux suspense pour les responsables de l'UMP. Selon des sources au sein du parti d'opposition, Nicolas Sarkozy se déclarerait aux alentours de la mi-septembre, non dans "un cadre militant", mais via un tremplin médiatique, "à l'adresse des Français" - interview dans la presse ou à la télévision, tribune... L'intention lui est prêtée de briguer la présidence de l'UMP pour imposer sa candidature à la présidentielle de 2017. Bruno Le Maire, poussé notamment par Alain Juppé et François Fillon, principaux rivaux de Nicolas Sarkozy pour 2017, et Hervé Mariton sont pour l'heure les seuls candidats à l'élection du 29 novembre. "Cette élection à la présidence de l'UMP ne doit pas être une primaire avant l'heure. Ce serait risquer la division et la confusion", a déclaré mercredi François Fillon. (Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant