La doyenne de l'humanité, Emma Morano, fête ses 117 ans

le , mis à jour à 18:04
0
La doyenne de l'humanité, Emma Morano, fête ses 117 ans
La doyenne de l'humanité, Emma Morano, fête ses 117 ans

Elle est la dernière personne connue à être née avant 1900. L'Italienne Emma Morano, doyenne de l'humanité depuis la mort, en mai dernier, de l'Américaine Susannah Mushatt Jones fête ce mardi ses 117 ans. Pour cet anniversaire record, la super-centenaire a opté pour la simplicité, soufflant ses bougies dans son petit deux-pièces situé dans le village piémontais de Verbania, sur les hauteurs du somptueux lac Majeur.  

 

Née le 29 novembre 1899, Emma Morano a perdu son premier amour, disparu pendant la guerre de 14-18, avant de rencontrer son mari. Elle a fini par se séparer de cet époux, violent, avant la Seconde Guerre mondiale. Emma Morano a vécu toute sa vie à Verbania et travaillé, jusqu'à ses 75 ans, dans une fabrique de sacs en toile de jute. Aux médias italiens qui lui demandaient qu'elle était son «secret» de longévité, la vieille femme a d'ailleurs répondu, sans plus de détail : «le travail !». 

 

Le régime alimentaire de la super-centenaire laisse en tout cas, selon les critères de nombreux diététiciens, à désirer : depuis l'âge de 20 ans et sur les conseils de son médecin, Emma Morano ne se nourrit que de trois oeufs par jour, deux crus et un cuit, avec un peu de viande et très peu de fruits ou de légumes. Elle raffole désormais de biscuits, mais lors d'un entretien fin octobre, elle confiait n'être pas certaine de toucher à son gâteau d'anniversaire : celui de ses 116 ans l'avait rendue malade.

 

Autonome jusqu'à 115 ans

 

Véritable fierté nationale depuis son accession au titre de doyenne, de nombreux internautes lui ont souhaité «Tanti auguri !» sur Twitter ce mardi :

 

Tanti auguri a #EmmaMorano che compie oggi 117 anni.

Io però non sono mica tanto sicura di voler vivere ancora 50 anni! nullnullnullnull pic.twitter.com/I2BOkMon5P

— Clelia Mussari (@CleliaMussari) 29 novembre 2016

 

 

«Les gens viennent. Je n'invite personne mais ils viennent. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant