La Douma, assemblée zélée et bras armé de Poutine

le
0
Le président du Parlement russe, Sergueï Narichkine, est en visite à Paris pour deux jours.

Correspondant à Moscou

À Moscou, on l'appelle «l'imprimante folle». La Douma, dont le président Sergueï Narichkine a entamé lundi une visite de deux jours à Paris, est l'auteur des lois les plus controversées qui aient été adoptées en Russie depuis la chute de l'URSS. Imposition d'amendes exorbitantes pour les organisateurs de manifestations non officielles, harcèlement des ONG occidentales qualifiées «d'agents de l'étranger», instauration d'un délit très flou de «propagande homosexuelle», d'un autre dit de «calomnie» - particulièrement à l'encontre des juges et des policiers -, renforcement des pouvoirs du FSB (ex-KGB) et, surtout, interdiction faite aux parents américains d'adopter des enfants russes: cette dernière loi, qui a mobilisé plus de 30 000 personnes à la mi-janvier dans les rues de Moscou, est emblématique de ces législations répressives que ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant