La Douma adopte une version russe du "droit à l'oubli"

le , mis à jour à 19:59
0

MOSCOU 3 juillet (Reuters) - Le Parlement russe a adopté vendredi une loi obligeant les moteurs de recherche à retirer de leurs résultats certaines informations relatives à leurs utilisateurs. Le texte, adopté par la Douma en troisième lecture, s'inspire de ce qu'a pu faire l'Union européenne en matière de "droit à l'oubli" qui oblige les moteurs de recherche à supprimer certains résultats liés à une recherche sur le nom d'une personne. La nouvelle législation prévoit que les internautes aient le droit de demander à ce que des informations incorrectes ou qui ne sont plus fondées soient ôtées des résultats, rapporte l'agence Tass. Elle doit encore être promulguée par le président Vladimir Poutine. Le texte est vivement critiqué par un certain nombre de sociétés internet russes qui s'inquiètent d'un déséquilibre entre le droit à l'information et la protection de la vie privée. Quelques amendements ont été apportés au projet initial sous leur pression. L'un d'entre eux prévoit notamment que les utilisateurs qui sollicitent le retrait d'informations fournissent les références des pages qu'ils souhaitent voir supprimées. Les sociétés auront alors une dizaine de jours pour se conformer à la demande. Selon Tass, les moteurs de recherche ne seront pas tenus de retirer des informations liées au passé judiciaires des utilisateurs. (Jack Stubbs et Maria Kiselyova,; Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant