La douce utopie

le
0
La douce utopie
La douce utopie

Cela faisait des années que la France courait après ce précieux sésame, il pourrait finalement ne lui servir à rien. Ou à pas grand-chose, tout du moins.

Cinq ans après l'avoir perdue au profit du Portugal, elle récupérera en fin de saison la cinquième place au classement UEFA. Un strapontin qu'elle a assuré avec les qualifications de Monaco pour les quarts de finale de la Ligue des Champions et de Lyon pour ceux de la Ligue Europa. Pourquoi elle courait tant après ? Parce qu'elle était synonyme pour le troisième de L1 d'une place en barrages de la C1, au lieu du troisième tour préliminaire par lequel il doit passer depuis cinq ans. Le hic, c'est que l'indice à l'issue de cette saison ne sera pris en compte que pour l'exercice 2018-19. Celui-là même à partir duquel l'UEFA entreprendra une grande réforme de ses Coupes d'Europe, qui rendra la quatrième place bien plus essentielle que la cinquième.
17 points de retard sur l'Italie
En effet, le Comité exécutif de la Confédération européenne a adopté en août dernier une nouvelle formule de la Ligue des Champions qui attribuera quatre places directes pour la phase de groupes aux quatre premiers pays au classement. A l'heure actuelle, l'Espagne, l'Allemagne, l'Angleterre et l'Italie seraient ainsi les principaux bénéficiaires de cette monture. Et à court terme, ils n'ont aucune raison de s'inquiéter pour leurs privilèges. L'Italie compte près de 17 points d'avance sur la France au classement actualisé selon les résultats de la saison. Autant dire que nos voisins transalpins ont le temps de voir venir avant de s'inquiéter pour leur place dans le Big Four européen. Le malheur pour la France, c'est que la cinquième ou la sixième place ne changeront certainement rien à l'heure où la réforme sera actée. Elles accorderont deux places directes en Ligue des Champions et une supplémentaire dans une phase préliminaire encore à définir.
Un système qui favorise le statu quo
Alors après s'être lancée dans une course-poursuite avec le Portugal et la Russie pour récupérer sa cinquième place à l'UEFA, la France doit maintenant viser plus haut pour en tirer un réel avantage. C'est là que ça se complique, surtout que la nouvelle réglementation encourage de fait un statu quo au sommet du classement. Moins de clubs qualifiés ne signifient pas forcément moins de points, puisque l'indice de chaque pays, basé sur les cinq dernières saisons, est calculé selon une division entre le total de points obtenus et le nombre de représentants. Mais la participation à la Ligue des Champions offre un avantage indéniable, puisque quatre points sont accordés d'office pour une participation à la phase de groupes, ce qui n'est pas le cas en Ligue Europa. Il y a ensuite quatre points de bonus supplémentaires pour une place en huitièmes de finale de la C1. Difficile dans ces conditions pour la France de prétendre intégrer le Top 4 à moyen terme.
Jamais la France n'a fait mieux que le Big Four depuis 2008
Si elle fait jeu égal avec l'Italie sur l'exercice en cours et qu'elle pourrait la battre si le duo Monaco-Lyon venait à faire mieux que la seule Juventus Turin encore en lice, elle aura toujours un débours important à combler. En l'état actuel des choses, elle abordera la prochaine saison avec plus de quatorze points de retard sur l'Italie et sur l'Angleterre, qui perdra gros quand elle verra le bénéfice de ces excellents exercices 2012-13 et 2013-14, bouclés avec plus de 16 points au compteur. La France devra en profiter pour réduire l'écart qui le sépare de ses deux devanciers. Mais pour ça, il faudra commencer par faire mieux que ses concurrents. Depuis 2008, ça ne lui est jamais arrivé de prendre plus de points qu'un des membres du Big Four. C'est dire si dominer l'Italie serait un événement en soi cette saison. Mais il ne suffirait pas à inverser une tendance de fond, qui situe la France bien loin derrière les quatre premières nations de clubs en Europe. Un écart qu'elle pourrait payer au prix encore plus fort après la réforme de la Ligue des Champions.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant