La Dordogne durement touchée par les orages

le
0
La Dordogne durement touchée par les orages
La Dordogne durement touchée par les orages

Une semaine après les orages qui ont fait 32 blessés graves et de nombreux dégâts en France, la Dordogne est de nouveau touchée par les intempéries. Des milliers de foyers se sont retrouvés sans électricité et plus de 4 000 hectares de vignoble bordelais ont été détruits dans la nuit de vendredi à samedi, selon l'estimation d'un syndicat agricole. Quelque 500 foyers étaient encore privés d'électricité samedi soir et devaient être reconnectés dans la nuit. L'orage violent mais fugace a balayé la région vendredi soir, provoquant des dégâts sur les habitations et les cultures, mais aucune victime. Selon Météo France, les cellules orageuses ont donné localement des averses de pluie de 30 à 50 mm en une heure, et de nombreuses chutes de grêles. L'alerte qui concernait 33 départements du sud-ouest au nord-est de la France avait été entièrement levée samedi matin.

En Dordogne, les cultures durement touchées

Des grêlons de la taille de cerises sont tombés sur Périgueux et dans l'est du département, selon des témoins. Le président de la Fédération Départementale des Syndicats d'Exploitants Agricoles (FDSEA) en Gironde, Patrick Vasseur, a indiqué avoir effectué samedi une tournée de communes touchées. «Une première estimation, vraiment en gros, porte sur 4 000 à 5 000 hectares durement touchés, détruits à 80% ou plus», ce qui représenterait «près de 5%» du vignoble bordelais, estime-t-il. Les vignes touchées concernent de petites appellations de Bordeaux, Bordeaux supérieur, d'Entre-deux-Mers, une centaine de viticulteurs. «Rapidement, il faut faire un état des lieux, enclencher tous les mécanismes d'aide momentanés qui peuvent l'être, et réfléchir à des solutions plus conséquentes par rapport à l'ampleur du sinistre», ajoute-t-il, estimant que nombre de viticulteurs du secteur n'étaient pas assurés. En Dordogne, la préfecture a annoncé une mission d'enquête en vue du processus de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant