La division française d'UBS mise en examen

le
1

ZURICH, 27 mars (Reuters) - La division française de la banque suisse UBS UBSN.VX a été officiellement mise en examen dans le cadre d'une enquête menée par les autorités françaises qui ont exigé le versement d'une caution de 40 millions d'euros, annonce UBS vendredi, précisant qu'elle avait l'intention de contester cette décision. "Après trois années d'enquête avec notre pleine coopération, nous estimons qu'il n'y a pas d'infraction criminelle dans le dossier", peut-on lire dans un communiqué de la banque. "Nous trouvons ahurissant d'être l'objet d'une caution que nous considérons comme une pénalité", poursuit le texte. Jusqu'à présent UBS était placée sous le statut de "témoin assisté" dans le cadre de l'enquête ouverte le 12 avril 2013 par le parquet de Paris pour blanchiment de fraude fiscale. Les enquêteurs se sont focalisés sur la période 2004 à 2008 pour laquelle ils soupçonnent la banque d'avoir démarché des clients fortunés en France afin de les convaincre d'ouvrir des comptes bancaires en Suisse. Les magistrats français ont évalué à un montant record de 4,88 milliards d'euros l'amende qui pourrait être infligée à la banque suisse si elle est reconnue coupable. La première banque helvétique, basée à Zurich, a dû s'acquitter en juillet dernier d'une caution de 1,1 milliard d'euros dans ce dossier, son appel ayant été rejeté. (Thomas Atkins; Pierre Sérisier pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • s.thual le samedi 28 mar 2015 à 09:21

    et apres ca on est cense ecouter les consseils boursiers ,ils ont encore le droit d en donner , ah oui pour tirer les marrons du feu !