La dissolution des groupes d'extrême droite en question

le
0
Le PS et les communistes ont condamné lundi les violences provoquées par des groupes d'extrême droite à l'issue de la manifestation contre le mariage homosexuel à Paris. Le ministère de l'Intérieur envisage la dissolution de ces groupuscules.

Manuel Valls l'avait déjà dit, il l'a répété ce lundi sur Canal +: il envisage sérieusement de dissoudre certains «groupuscules d'extrême droite». Une décision qui pourrait s'accélérer après les heurts qui ont opposé des fauteurs de troubles aux forces de l'ordre, dimanche soir en marge de la «Manif pour tous», faisant quelque 36 blessés. Plus de 350 sympathisants d'extrême droite ou du Printemps français ont été interpellés, dont 250 ont été placés en garde à vue, selon le ministre de l'Intérieur. D'autres avant lui ont choisi la solution de la dissolution, avec des résultats mitigés.

- Comment dissout-on un groupe extrémiste?

Le gouvernement se base sur . Selon Jean-Yves Camus, chercheur...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant