La disparition d'Amelia Earhart demeure un mystère

le
0

HONOLULU (Reuters) - L'expédition lancée sur les traces du dernier vol de l'aviatrice Amelia Earhart, pionnière de la conquête du ciel, a échoué à retrouver des traces de son avion disparu il y a soixante-quinze ans au-dessus du Pacifique.

L'Américaine et son navigateur, Fred Noonan, ont disparu alors qu'ils tentaient de boucler le premier tour du monde aérien de l'histoire le long de la ligne de l'Equateur.

Selon l'une des hypothèses privilégiées, ils se seraient posés en catastrophe sur une petite île déserte de l'archipel des Kiribati, Nikumaroro, à près de 3.000 km d'Hawaï et à 640 km au sud-est de leur destination initiale, d'où ils n'auraient jamais pu repartir.

C'est cette thèse que le Groupe international de recherche des avions historiques (Tighar) a tenté de démontrer avec l'aide de techniciens de Phoenix International, une société spécialisée sous contrat avec l'US Navy qui a notamment retrouvé l'an dernier la "boîte noire" du Rio-Paris d'Air France accidenté en 2009.

L'expédition, partie le 3 juillet d'Hawaï, espérait notamment repérer la carcasse du Lockheed Electra, le bimoteur que pilotait l'Américaine.

"Nous rentrons de Nikumaroro avec de grandes quantités de nouvelles données enregistrées par sonar et des heures et des heures d'enregistrement vidéo haute définition", précise le Tighar dans un communiqué.

Mais l'expédition, qui a passé moins de temps que prévu sur zone en raison de difficultés matérielles, n'a pas identifié le lieu où aurait pu s'abîmer l'avion. Pire, sur une note postée le 19 juillet sur le blog de l'expédition, les chercheurs se demandent si la configuration des fonds marins dans ce secteur du Pacifique, entremêlement de cavités et de falaises sous-marines, permettra de retrouver un jour la trace d'un avion disparu en 1937.

La thèse Nikumaroro se fonde notamment sur la découverte d'un flacon de cosmétique d'une marque populaire dans les années 1930, de fragments d'un poudrier ainsi que d'une fermeture à glissière datant de la même époque.

Elle s'appuie aussi sur une photo prise par un officier britannique trois mois après la disparition et récemment restaurée, où l'on distingue ce qui ressemble à un train d'atterrissage échoué sur un récif de l'île.

La reconstitution du dernier vol d'Amelia Earhart et Fred Noonan s'interrompt le 2 juillet 1937 alors qu'ils décollent de Papouasie-Nouvelle-Guinée à destination de l'île de Howland, au coeur du Pacifique, à quelque 2.500 milles de là. Quelques heures plus tard, l'aviatrice annonce que son bimoteur commence à manquer de carburant. Ce fut son dernier contact radio.

La disparition de cette figure populaire et médiatique avait déclenché des recherches maritimes et aériennes d'un coût alors sans précédent. Mais l'opération avait échoué.

Treena Shapiro avec Malia Mattoch McManus; Henri-Pierre André pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant