La discipline, «obligation draconienne» à l'UMP

le
0
Si le Sénat passe à gauche, la majorité UMP à l'Assemblée se fait un devoir de serrer les rangs.

Les députés ruraux que l'on n'entend jamais, les «sans-voix» du groupe UMP, ont laissé éclater leur colère, mardi matin, dans le huis clos de la salle Colbert. «On a mis le corps électoral à feu et à sang avec la réforme des collectivités territoriales», a lancé Alfred Trassy-Paillogues (Seine-Maritime), avant de mettre en garde le premier ministre : «Il ne faut pas brutaliser le monde rural, qui était à nos côtés en 2007.»

Pierre Morel-A-L'Huissier, qui a très mal vécu le séisme de la défaite de Jacques Blanc aux élections sénatoriales en Lozère, a dénoncé devant ses pairs «la cécité et l'autisme total» de la majorité sur les territoires ruraux «qui se rebiffent» . Le député UMP de la Lozère a fait valoir que «70.000 personnes se sont exprimées aux sénatoriales, mais qu'il y a onze millions d'électeurs du monde rural». Il a aussi attaqué l' «ovni juridique» du conseiller territorial, censé être mis en place en 2014 : «Comment peut

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant