La directrice des investissements d'Aberdeen AM veut faire avancer la cause des femmes

le
0

(NEWSManagers.com) -

Il y a davantage de directeurs généraux prénommés John ou David que de femmes, quel que soit leur prénom au sein des entreprises du S&P 500... Ce fait, qui pourrait être amusant s'il n'était pas désolant, est l'un des nombreux exemples cités par Anne Richards, directrice des investissements d'Aberdeen Asset Management (Aberdeen AM), pour illustrer les inégalités hommes/femmes qui persistent dans le monde du travail, et notamment aux postes de direction, au cours de la première édition en France de l'événement " From backroom to boardroom " organisé par la société de gestion.

En Europe, la proportion de femmes dans les conseils d'administration a augmenté, admet Anne Richards. La France n'est d'ailleurs pas trop mal lotie, avec une présence des femmes de près de 30 %, en janvier 2015, selon des données de Catalyst sur les indices européens. Mais ces dernières restent souvent cantonnées à des rôles " non exécutifs " , déplore la CIO d'Aberdeen AM. Selon elle, il faut aller plus loin, et les quotas permettront d'y arriver.

Pour Anne Richards, il reste de nombreux freins psychologiques inconscients à la montée des femmes dans la hiérarchie des entreprises. De plus, les femmes sont victimes de nombreux mythes et stéréotypes. Par exemple, on estime souvent, à tort, qu'elles manquent de confiance en elles, cite Anne Richards. Interrogée sur les obstacles qu'elle a pu rencontrer dans sa carrière, Catherine Vialonga, directeur des investissements et de l'ALM au sein de l'Erafp, a évoqué des études supérieures dans un environnement " fortement sexiste " et des difficultés au retour des congés maternité. La journaliste Claire Chazal, également invitée à s'exprimer, a surtout pris conscience de la différence de traitement des femmes au moment de son éviction...

Mais le plus important, pour Anne Richards, au-delà de ces faits, c'est de prendre conscience que la présence des femmes à des postes à responsabilité est bénéfique pour les entreprises et pour l'économie en général.

" From backroom to boardroom " a été lancé en 2011 par Anne Richards au Royaume-Uni. Depuis, l'événement a pris de l'ampleur et voyagé en Europe et dans le monde. C'était la première fois, vendredi, qu'il était organisé en France.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant