La direction du PCF écarte une entrée au gouvernement

le
4
La direction du PCF écarte une entrée au gouvernement
La direction du PCF écarte une entrée au gouvernement

PARIS (Reuters) - La direction du Parti communiste français a adopté lundi une résolution excluant une participation au gouvernement, notamment parce que les orientations de François Hollande ne lui semblent pas permettre une sortie de la crise économique.

Cette proposition d'un soutien sans participation fera l'objet d'un vote mercredi par la Conférence nationale (le parlement) du PCF, réunissant près de 500 délégués à Paris.

"Nous estimons que les conditions de notre participation au gouvernement Ayrault ne sont pas aujourd'hui réunies mais notre objectif est de modifier cette situation", a dit Pierre Laurent lors d'un point de presse.

Des responsables communistes ont expliqué que le parti se considérait dans la majorité de gauche, que ses membres ne seraient pas "des empêcheurs de tourner en rond", mais qu'ils tenteraient d'obtenir des "inflexions majeures."

Des responsables socialistes continuent à souhaiter la présence de communistes au gouvernement à l'occasion du remaniement prévu jeudi.

Si la base confirme le refus de participation, d'anciens communistes comme l'ex-dirigeant Robert Hue, soutien de François Hollande pendant la campagne présidentielle, pourraient néanmoins entrer au gouvernement.

Le Front de gauche, alliant PCF et Parti de gauche, n'a pas réussi à transformer l'essai des 11,1% obtenus par Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle et apparaît comme le grand perdant des législatives.

"AUTONOMIE"

Les deux formations, qui espéraient élargir leur assise à l'Assemblée -19 députés dont 16 communistes pendant la dernière législature-, devront se contenter de 10 députés. Le règlement devrait être modifié pour leur permettre de former un groupe.

Pour justifier leur désir "d'autonomie", les communistes mettent en avant, outre les réticences sur les orientations de François Hollande, en particulier européennes, le refus de Jean-Marc Ayrault d'engager des discussions sur la ligne gouvernementale.

"Le Premier ministre n'a pas engagé de discussion programmatique, la question ne nous a pas été posée", souligne Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF.

"Mais nous ne sommes pas dans l'opposition, nous sommes dans une majorité qui a envie qu'on réussisse à gauche", ajoute-t-il.

Pour influer sur le gouvernement, le PCF mise plus que jamais sur une "mobilisation citoyenne" et la poursuite de la dynamique du Front de gauche.

Il compte également se faire entendre au Parlement en étant une "force active et positive". "Mais nous pourrions voter contre des textes qui alimentent la crise", prévient Olivier Dartigolles.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jicem le lundi 18 juin 2012 à 15:51

    Les prébandes aux copains d'extrème gauche vont être distribuées; certains s'en mordront les doigts sous peu.

  • M4630217 le lundi 18 juin 2012 à 15:39

    Il ne manquerait plus que ça !!

  • h.castel le lundi 18 juin 2012 à 14:11

    On est la risée de l'Europe entière

  • adelala2 le lundi 18 juin 2012 à 13:59

    Avec 1% d'élécteurs, ils vont avoir des ministres? Ou va t'on!