La direction CGT choisit Lepaon pour remplacer Thibault

le
3
THIERRY LEPAON DEVRAIT SUCCÉDER À BERNARD THIBAULT EN MARS
THIERRY LEPAON DEVRAIT SUCCÉDER À BERNARD THIBAULT EN MARS

PARIS (Reuters) - La direction de la CGT a choisi mardi Thierry Lepaon, un ancien soudeur de 52 ans, pour remplacer Bernard Thibault en mars prochain, une décision qui met un terme à la crise de succession ouverte depuis janvier dernier.

Le successeur désigné devrait être élu sans difficulté par le Comité confédéral national, le "Parlement" de la centrale, les 6 et 7 novembre, avant d'être intronisé lors du congrès de Toulouse, du 18 au 22 mars.

Bernard Thibault, qui n'avait pas réussi à imposer une femme, Nadine Prigent, a proposé cette fois un candidat de consensus devant la Commission exécutive réunie au siège de Montreuil (Seine-saint-Denis).

Le vote en faveur de Thierry Lepaon, chef de file de la CGT au Conseil économique, social et environnemental (Cese) et ex-salarié de Moulinex, a été en effet acquis par 42 voix et 7 abstentions, a annoncé la direction. "Il n'y a eu aucun vote contre", a précisé un porte-parole.

Depuis l'annonce par Bernard Thibault, en janvier, qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat à la tête de la CGT, qu'il dirige depuis 1999, une crise de succession affaiblissait le premier syndicat français.

Le dirigeant, qui voulait qu'une femme lui succède, s'était vu infliger un désaveu lorsque la Commission exécutive avait rejeté en mai dernier la candidature d'une ancienne infirmière, Nadine Prigent.

Une partie des fédérations soutenaient le spécialiste des retraites, Eric Aubin, dont Bernard Thibault ne voulait pas. Et d'autres Agnès Naton, qui dirige le magazine du syndicat.

Estimant qu'aucun d'eux n'était en mesure de rassembler la confédération, le "patron" de la CGT s'est finalement tourné vers Thierry Lepaon.

"PÉRIODE DIFFICILE"

"Nous avons traversé une période un peu difficile. Maintenant, il faut rassembler", a affirmé cet ancien soudeur dans le Journal du dimanche (JDD) daté du 14 octobre.

Méconnu du grand public, l'ex-soudeur s'est syndiqué à 17 ans et a connu son épreuve du feu sur ses terres d'origine, en Normandie, lors du plan social de Moulinex, à la fin des années 1990.

Il a ensuite grimpé les échelons du syndicat, qu'il a représenté pendant sept ans au Conseil d'orientation pour l'emploi, où il fait de la lutte contre l'illettrisme sa priorité.

Il entre au Conseil économique et social, ce qui fait dire à Raymond Soubie, ex-conseiller social de Nicolas Sarkozy à l'Elysée, que c'est "un interlocuteur fiable pour les pouvoirs publics".

Thierry Lepaon, qui dit n'avoir rien demandé, a promis d'inscrire ses pas dans ceux de Bernard Thibault.

"Nous sommes extrêmement exigeants avec ce gouvernement mais aussi avec le patronat", a-t-il dit au JDD.

Gérard Bon, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • manx750 le mardi 16 oct 2012 à 16:27

    Lepaon est un pur produit de basse cour mais pas un perdreau de l'année. La roue tourne à la CGT et les ouvriers sont plumés...LEs Français seront les dindons de la farce normale !

  • M3435004 le mardi 16 oct 2012 à 15:54

    En poussant des cris perçants.

  • LeRaleur le mardi 16 oct 2012 à 15:52

    il fera le beau et la roue.