La "diplomatie parallèle" de Nicolas Sarkozy

le , mis à jour le
2
Vladimir Poutine et Nicolas Sarkozy, en novembre 2012.    
Vladimir Poutine et Nicolas Sarkozy, en novembre 2012.    

Nicolas Sarkozy a donc appelé jeudi à Moscou les Occidentaux à rompre l'isolement de la Russie. Il a jugé globalement « plus positive que négative » l'action de Vladimir Poutine. « Entre nous, il faut choisir le rapprochement et le dialogue. La France et la Russie ont besoin de travailler ensemble », a déclaré le président du parti Les Républicains lors d'un discours devant les étudiants du MGIMO, le prestigieux institut des relations internationales de Moscou.

« Dans le monde qui est le nôtre, nous devons à tout prix éviter une nouvelle guerre froide », a ajouté l'ancien chef d'État, qui doit rencontrer dans l'après-midi le président russe Vladimir Poutine dans sa résidence de Novo Ogarevo, près de Moscou. « Isoler la Russie n'a aucun sens », a martelé Nicolas Sarkozy en référence à la détérioration des relations entre Occidentaux et Russes dans la foulée de la crise ukrainienne. Commentant l'engagement russe, militaire et diplomatique en Syrie, il a estimé que la Russie était « incontournable » dans le règlement du conflit.

Le départ de Bachar n'est « pas un prérequis »

« L'action de Poutine au-delà de nos désaccords a été plus positive que négative », a-t-il souligné en réponse à une question d'un étudiant sur le bilan qu'il faisait de la présidence de Vladimir Poutine. « Les frappes aériennes ne peuvent suffire et ne suffiront pas » pour régler le conflit syrien, a par ailleurs souligné...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le vendredi 30 oct 2015 à 11:14

    JPi - Parallèle ou parachute ?

  • bordo le jeudi 29 oct 2015 à 13:52

    Mais quelle diplomatie parallèle ?! NS a été, même si cela fait mal à certains, président de la République et demeure comme ses autres homologues, quelqu'un d'écouté. Par ailleurs, vu l'état de nos relations avec la Russie, l'intervention de quelqu'un d'autre peut difficilement faire pire.