La diplomatie française se réveille

le
0
INFOGRAPHIE - Pris de cours par la révolution tunisienne, le Quai d'Orsay veut désormais soutenir les aspirations des sociétés civiles.

«Le logiciel de notre diplomatie était vieilli, usé, les révolutions arabes l'ont bouleversé»: de la part d'un «agent» d'une administration, conservatrice par nature, comme celle du Quai d'Orsay, le constat illustre l'effet de choc. Il témoigne de la force du vent nouveau qui souffle depuis quelques mois sur la diplomatie française. On connaît la «séquence»: prise de court en Tunisie, discrète en Égypte, puis aux avant-postes en Libye, la France a promptement tiré les leçons du grand mouvement de ré­volte qui a embrasé le Maghreb. Le rôle d'Alain Juppé n'a pas été négligeable dans cet aggiornamento qui a permis, en quelques mois, de substituer à l'image d'un Quai d'Orsay dépassé par les événements celle d'une diplomatie en pointe. Le chantier n'en est toutefois qu'à ses prémices, et son issue reste incertaine. Tout commence par une prise de conscience assumée. «Il faut bien le reconnaître, pour nous tous, ce "printemps" a constitué une s

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant