La diplomatie européenne embarrassée par les autocrates

le
0
Les Vingt-Sept cherchent la bonne réponse au Caire, à Tunis et à Minsk.

Qu'ils prennent la fuite, s'accrochent ou vacillent, les autocrates du voisinage donnent du fil à retordre à l'Europe. Avec un temps de retard, et parfois plusieurs, les vingt-sept ministres des Affaires étrangères de l'UE vont tenter lundi de remettre un peu d'ordre dans une diplomatie déchirée entre les aspirations démocratiques de la rue et le maintien de relations décentes avec les régimes en place.

L'Égypte de Hosni Moubarak vient de s'ajouter à une liste déjà encombrée, entre la Tunisie, la Côte d'Ivoire et la Biélorussie. Officiellement, l'avenir du raïs du Caire n'est pas à l'ordre du jour du rendez-vous européen. Mais au minimum, il va s'imposer. Le chef de la diplomatie italienne, Franco Frattini, a déjà brisé un silence embarrassé en suggérant à l'UE d'envoyer «une mission politique de haut niveau dans les pays où il y a des désordres». Une façon aussi de signifier qu'il y a urgence et que la liste n'est peut-être pas close...

Le vent du

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant