La diplomatie à l'?uvre au Mali

le
0
La communauté internationale tente de convaincre le groupe touareg Ansar Dine de lâcher ses alliés d'al-Qaida.

Les négociations avec une partie des islamistes qui contrôlent depuis sept mois le nord du Mali en y appliquant une charia brutale ont-elles franchi une nouvelle étape ce week-end? Oui, si l'on en croit les premières informations ayant filtré d'une rencontre, samedi, au Burkina Faso avec des responsables d'Ansar Dine, l'un des trois groupes extrémistes implantés dans la région. Pressé par le président burkinabé, Blaise Compaoré, de rompre avec ses alliés djihadistes d'Aqmi (al-Qaida au Maghreb islamique) et du Mudjao (Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest), Ansar Dine a affirmé à Ougadougou son «indépendance» et sa volonté de «négocier» pour la paix. La veille, des représentants du mouvement s'étaient également rendus à Alger, qui pousse une solution négociée au Mali. Selon le quotidien algérien El Watan, «il n'est pas exclu» que...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant