La difficile lutte contre le blanchiment

le
6
De plus en plus de dossiers sont signalés à la cellule dédiée de Bercy.

Les banquiers, les assureurs mais aussi les notaires, les experts comptables, les avocats, les agents immobiliers... De nombreuses professions ont l'obligation de signaler à Tracfin, la cellule antiblanchiment de Bercy, les opérations qu'elles jugent douteuses. À charge pour les experts de Tracfin d'analyser ces données avant de les transmettre, si nécessaire, à la Justice ou à d'autres organismes comme le fisc, les douanes ou les autorités de contrôle professionnelles.

Année après année, la collecte est de plus en plus conséquente. En 2011, Tracfin a reçu 24.090 informations, émanant de professionnels et, marginalement, d'administrations françaises et d'homologues étrangers. C'est 19% de plus qu'en 2010. «Les professionnels sont davantage sensibilisés à lutte antiblanchiment», se réjouit Jean-Baptiste Carpentier, le directeur de Tracfin. Après examen des données, Tracfin a transmis en 2011 à la Justice 495 dossiers, représentant un enjeu de 370 millions d'euros. Tracfin est intervenu par exemple dans l'affaire de «la Madoff de Touraine». En outre, 569 dossiers ont été transmis à d'autres organismes.

Mais est-ce suffisant? Dans son dernier rapport annuel, la Cour des comptes note que certaines professions, comme les avocats, les commissaires-priseurs et même les mutuelles, font peu de signalements. Surtout, rapporté aux 220 milliards d'euros générés par l'économie souterraine en France - une estimation citée par la Cour -, la pêche de Tracfin semble modeste. «Personne ne peut chiffrer la fraude. Et par définition les délinquants ont un temps d'avance», explique Jean-Baptiste Carpentier. Une menace est ainsi apparue récemment, celle des cartes prépayées. Le trafiquant achète en cash une carte de paiement qui lui permet ensuite de retirer des espèces sans être détecté, la carte étant anonyme.

Personnes âgées abusées

Par ailleurs, Tracfin n'agit pas que dans les grandes affaires de blanchiment. Ses experts traitent aussi un nombre croissant de dossiers d'abus de faiblesse envers les personnes âgées. Des abus commis par leur entourage, et signalés par un notaire lors de l'achat d'un bien immobilier, ou par une banque qui voit des virements suspects. «Les fraudeurs peuvent aussi être des entreprises. Comme les "bitumeurs irlandais" qui surfacturaient le bitumage d'allées dans les jardins de personnes âgées», raconte Jean-Baptiste Carpentier. L'imagination des fraudeurs est sans limite.

LIRE AUSSI:

» Vaste coup de filet dans le milieu corse

» Une escroquerie à la «Madoff» fait 200 victimes en Bretagne

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • a.nottr1 le jeudi 8 mar 2012 à 08:47

    Dans ces principes de blanchiment,un frein conséquent est avalisé par notre gestion politique,voir les œuvres d'art non imposable,un vrai paradis fiscal !

  • unknown9 le mercredi 7 mar 2012 à 13:10

    TRACFIN ? chacun de ses 100 employés fonctionnaires a transmis... 1 dossier tous les 2 mois à la justice !!! quelle bonne affaire... Et sur les €370M concernés... combien ont terminé en procédure ? MdR, La fraude fiscale, l'Italie a su récupérer 15 millairds en 2011 mais pas avec des fonctionnaires aussi peu malins que chez TRACFIN...

  • pmazeran le mercredi 7 mar 2012 à 12:40

    on finira quand même, un jour, par se poser la question de l'utilité des billets de banque supérieurs à 10 euros ou 10 dollars.

  • jean.coq le mercredi 7 mar 2012 à 10:42

    La fraude fiscale ne passe pas forcement par les banques, avocats, assurances etc. Elle est directement generee dans les entreprises au moyen de factures surelevees et suivies d'un correctif, ou bien au moyen de contrats d'achat accompagnes d'une option avec indemnite de dedit.

  • jean.coq le mercredi 7 mar 2012 à 10:29

    Les stands fruits et legumes sur les marches hebdomadaires sont des lieux interessants pour le blanchiment de l'argent. Tant que les marchandises seront vendues sans ticket de caisse, il n'y aura aucune chance d'un semblant de controle.

  • mnomnomn le mercredi 7 mar 2012 à 10:28

    BEAUCOUP DE BLA BLA BLA et PEU D'ACTION CET ARGENT SALE PROFITERAIT-T-IL A NOS ELUS ??? Ou alors les Mafieux sont-ils si puissants ???Quand on voit comment nos Elus utilisent l'argent "propre" de nos impôts...