La difficile identification des allergènes 

le
0
Les éléments allergènes comme le nickel des bijoux fantaisie, la paraphénylènediamine employée dans les teintures capillaires et les caoutchoucs industriels sont souvent les responsables d'un eczèma. Mais le diagnostic reste assez compliqué.

«On court derrière la mondialisation.» Pour le P r Annick Barbaud, qui dirige le service de dermatologie du CHU de Nancy, la difficile identification des allergènes impliqués dans les eczémas de contact s'est beaucoup compliquée avec la circulation mondiale de produits finis mal étiquetés. «Les eczémas graves au diméthylfumarate, utilisé comme antifongique dans les canapés chinois et les chaussures, en sont une illustration récente.»

Seule l'éviction de l'allergène en cause permet de juguler un eczéma de contact toujours susceptible de se réactiver lors d'une nouvelle rencontre. Encore faut-il pouvoir l'identifier. Même si certaines substances sont plus souvent incriminées que d'autres, comme le nickel des bijoux fantaisie auquel 20% des femmes sont allergiques, les coupables potentiels sont légion.

Dans les eczémas de contact professionnels, les plus fréquemment incriminés sont la paraphénylènediamine ou PPD, très employée dans les teintures capillaires

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant