La dette longue de la zone euro prisée par les fonds spéculatifs

le
0
    * Les hedge funds se ruent sur la dette à maturité longue 
    * Ils espèrent la revendre avec profit à la BCE 
 
    par Dhara Ranasinghe et John Geddie 
    LONDRES, 24 mai (Reuters) - Les fonds spéculatifs 
s'intéressent de plus en plus aux obligations de la zone euro à 
maturité longue qu'ils espèrent revendre avec profit à la Banque 
centrale européenne (BCE). 
    La dette d'Etat représente l'essentiel des actifs que la BCE 
achète chaque mois dans le cadre de son programme 
d'assouplissement quantitatif (quantitative easing, QE). 
    L'institution se concentre pour l'instant sur les 
obligations à échéance relativement courte mais les hedge funds 
font le pari qu'elle se rabattra dans les mois à venir sur de la 
dette à maturité plus longue. 
    Les fonds spéculatifs ont plus que doublé leurs achats 
d'obligation de la zone euro avec une maturité supérieure à 15 
ans depuis 2014, montrent des données recueillies par Bank of 
America Merrill Lynch (BAML). 
    "Les hedge funds achètent des obligations à long terme (...) 
jusqu'à ce que la BCE les leur reprenne", dit Ralf Preusser, 
responsable de la stratégie de taux chez BAML. 
    La BCE a porté en mars de 60 à 80 milliards d'euros le 
montant de ses achats mensuels d'actifs sur les marchés 
financiers, étendant en outre ce programme au marché des 
obligations d'entreprises. 
     
    GAINS À COURT TERME 
    La maturité moyenne des obligations d'Etat qu'achète la 
banque centrale se situe actuellement autour de huit ans, ce qui 
est bien inférieure à la maturité moyenne de 12 ans des actifs 
éligibles à son programme d'achats. 
    Dans le cadre du QE, la BCE considère uniquement à l'achat 
les obligations d'une maturité de deux à 30 ans dont le 
rendement est supérieur à son taux de dépôt, actuellement en 
territoire négatif. 
    Les analystes évaluent à environ 500 milliards d'euros le 
montant des obligations de la zone euro qui échappent 
actuellement à ce critère. 
    Ils estiment en conséquence que la BCE devrait bientôt se 
tourner vers des maturités plus longues, aux rendements plus 
élevés. 
    Les banques centrales d'Allemagne et des Pays-Bas, qui se 
concentraient jusqu'à présent sur des achats d'obligations à 
maturité courte, ont déjà commencé à acheter de la dette à long 
terme pour le compte de la BCE, note le stratégiste de taux de 
BAML. 
    Certains prédisent déjà que la BCE pourrait s'autoriser des 
achats d'obligations d'une maturité supérieure à 30 ans si 
l'inflation refusait de décoller et si elle devait prolonger le 
QE actuel, qui court jusqu'en mars 2017. 
    Les hedge funds font déjà ce pari. Le détail de récentes 
adjudications d'obligations d'Etat à 50 ans en France et en 
Espagne montre ainsi que 13% des achats ont été effectués dans 
les deux cas par des fonds spéculatifs. 
    Des fonds en majorité britanniques et américains ne cessent 
de se renseigner sur la dette ultra-longue et sur la perspective 
de voir la BCE en acheter, confie un banquier basé à Londres. 
    "Ils achètent pour des gains à court terme à un horizon de 
trois à six mois", a-t-il dit.  
     
 
 (Patrick Vignal pour le service français, édité par Marc 
Joanny) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant