La dette grecque jugée plus risquée que jamais

le
0
L'agence de notation Standard & Poor's a abaissé la note souveraine de deux crans à «B». Moody's devrait suivre le même chemin, tout comme Fitch, d'après des informations de presse.

Après les rumeurs de sortie de la zone euro, la sanction. L'agence de notation Standard & Poor's (S&P) a abaissé ce lundi de deux crans la note de la Grèce, de BB- à B. Le pays méditerranéen se retrouve au même niveau que le Liban. À ce niveau, la Grèce présente «des vulnérabilités» liées «à des conditions défavorables sur les plans économique et financier», explique l'agence dans une note méthodologique. «L'émetteur peut néanmoins toujours faire face à ses engagements», précise l'agence.

L'agence de notation a conservé la note grecque sous surveillance négative. En clair, Athènes pourrait encore se voir rétrograder à la catégorie «CCC» dans un délai de trois mois. À ce niveau, «le paiement à l'échéance est douteux», prévient l'agence, et dépend des aléas économiques et financiers.

Dans la soirée, l'agence de notation Moody's a annoncé qu'elle envisageait elle aussi d'abaisser la note de la Grèce, éventuellement de plusieurs crans

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant