La dette grecque de la BCE ne peut pas être restructurée-Coeuré

le
0

BRUXELLES, 9 janvier (Reuters) - La dette publique grecque rachetée par la Banque centrale européenne pour aider Athènes pendant la crise ne peut pas être restructurée, a déclaré Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, dans un entretien à France 24. Les sondages les plus récents sur les intentions de vote donnent favori le parti de gauche Syriza, partisan de l'annulation des mesures d'austérité adoptées depuis la crise et d'une renégociation du plan d'aide de l'Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI), susceptible de conduire à une nouvelle restructuration de la dette. ID:nL6N0UM3R5 Pour Benoît Coeuré, les obligations d'Etat grecques détenues par la BCE depuis 2010 ne peuvent pas être incluses dans une éventuelle restructuration. "Ce serait illégal et contraire aux traités de rééchelonner une créance de la banque centrale sur un Etat. Je crois que les traités européens sont très clairs là-dessus", a-t-il dit dans l'entretien à France 24, que la chaîne devait diffuser vendredi. Prié de dire si l'approche des élections grecques et l'éventualité d'une victoire de Syriza fournissaient à la BCE des arguments supplémentaires pour lancer un programme d'achats de dettes souveraines, Benoît Coeuré a répondu: "Non, ça n'a pas de rapport. Les décisions de politique monétaire, elles sont pour l'ensemble de la zone euro et la Grèce est une toute petite partie de la zone euro. Donc ce sont vraiment deux discussions différentes; ce qui ne veut pas dire que la BCE ne suit pas avec beaucoup d'attention les développements en Grèce." Il a souligné que les spéculations sur une éventuelle sortie de la Grèce de la zone euro n'avaient "aucun sens". "La Grèce est dans la zone euro, la Grèce a besoin de l'euro et l'Europe a besoin de la Grèce. Je crois qu'il y a un engagement très fort des autorités politiques européennes pour assurer l'intégrité de la zone euro. Ça été dit à l'été 2012, ça a été redit depuis donc pour moi, ça n'est pas un débat." "Personne ne travaille en ce moment sur une sortie de la Grèce, que les choses soient claires." (Philip Blenkinsop; Marc Angrand pour le service français, édité par Patrick Vignal)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant