La destitution du président roumain se joue dans les urnes

le
0
Seule l'abstention au référendum dimanche peut sauver Basescu, qui dénonce une tentative de coup d'État dont le véritable enjeu est le contrôle de la justice.

Plombée par la canicule, Bucarest peine à sortir de sa torpeur. Paradoxalement, la chaleur, les congés d'été et le discrédit de la classe politique sauveront peut-être Traian Basescu. Dimanche, les Roumains sont appelés à se prononcer pour ou contre la destitution de leur président. C'est presque une habitude. En 2007 déjà, le Parlement avait vainement tenté d'en finir avec Basescu. À l'issue d'un référendum, le chef de l'État avait été triomphalement reconduit dans ses fonctions avec plus de 74 % des voix.

Cette fois cependant, Basescu ne peut plus compter sur sa popularité, en chute ­libre depuis l'introduction en 2010 d'une cure d'austérité. L'abstention est désormais sa seule planche de salut. Car, pour que le résultat du scrutin soit validé, la participation doit atteindre un seuil d'au moins 50 %. Pour les partisans du président déchu, bouder les urnes est devenu du même coup un devoir civique. D'autant, assure la juriste Laura Stefan, que «voter r

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant