La descente aux enfers de la Centrafrique

le
0
La France tente de mobiliser la communauté internationale pour sauver le pays livré aux pillages des anciens rebelles.

La République centrafricaine s'enfonce dans l'anarchie. Bangui, la capitale, est la proie de pillage régulier de la part des anciens rebelles de la Séléka qui ont chassé du pouvoir l'ancien président François Bozizé le 24 mars dernier. Les histoires de meurtres et de vols se succèdent un peu partout. Le 21 août, une expédition de la Séléka, présentée comme une opération de désarmement à Boy-Rabé, un quartier du nord de Bangui proche de l'ancien président, a mal tourné. En deux jours, au moins dix personnes ont été tuées au cours de fusillades incompréhensibles: «Il y a un pillage massif de motos et d'électroménager», souligne un humanitaire sur place. Le 29 août, environ 6000 Banguissois s'empilaient sur l'aéroport, sécurisé par des soldats français et de la force africaine (Misca), pour fuir Boeing, leur quartier, cible de la Séléka. «Ces dix...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant