La dernière sieste crapuleuse de JFK et Jackie... dans l'avion présidentiel

le
4
JFK et Jackie, Massachusetts, USA le 27 juin 1963.
JFK et Jackie, Massachusetts, USA le 27 juin 1963.

John Fitzgerald Kennedy, assassiné le 22 novembre 1963 à Dallas par Lee Harvey Oswald, connu pour son donjuanisme, aimait toujours sa femme Jackie. La veille de l'assassinat de JFK, le couple aurait eu le temps de savourer une dernière sieste crapuleuse, à bord de l'avion présidentiel entre San Antonio et Houston l'après-midi du 21 novembre 1963. L'anecdote peut paraître anodine, voire triviale, mais les circonstances dans lesquelles elle a fini par remonter à la surface - en cette commémoration du cinquantenaire de la mort du mythique président - n'en sont pas moins pleines de charme.

À l'origine, dans les années 1970, le secret est gardé et bien gardé par l'historien et biographe du président en personne, William Manchester. Seules quelques lignes de son best-seller La mort d'un président, compte rendu détaillé des derniers instants de JFK publié en 1967, auraient pu laisser présager que les amours de John et Jackie n'étaient pas si orageuses : "Leur vie à deux allait s'achever dans une journée. Ce fut cependant là leur dernière heure de sérénité. (...) Leur intimité était si limitée, confinée dans une petite cabine bleue, à 9 000 mètres au-dessus des plaines vertes et brunes du Texas... Leur temps était écoulé. Le président reparut dans une chemise propre", écrit le biographe.

Mais, dans les années 1970, Manchester craque. Il trahit Jackie, à qui il a promis le silence. Il vend la mèche à l'ex-journaliste...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • clebs93 le mardi 3 déc 2013 à 14:15

    On s'en branle, non ?

  • mlaure13 le lundi 25 nov 2013 à 17:39

    Et dans un ascenseur?...d'où l'expression, monter au 7è ciel ?... :-)))

  • fbordach le vendredi 22 nov 2013 à 21:45

    C'est très bien !

  • LeRaleur le mercredi 20 nov 2013 à 10:49

    Pourquoi, b*a*i*s*é* sa femme en avion c'est c*r*a*p*u*leux ?