La dernière ferme de Paris sur la sellette ?

le
11
La dernière ferme de Paris, dans le XIVème arrondissement, est au c?ur d'un véritable imbroglio immobilier et politique depuis près de douze ans, et auquel le Conseil de Paris tente de mettre fin.

Mercredi 13 novembre, le groupe PS du Conseil de Paris a émis un vote favorable pour le rachat, par la mairie du XIVème, d'une partie de la dernière ferme urbaine de Paris, vendue en 2003 à un promoteur immobilier. Cette décision, qui engage quelque 6 millions d'euros, ne satisfait cependant qu'à moitié associations et élus, de droite comme de gauche, qui militent depuis plusieurs années pour la sauvegarde du site dans sa totalité.

Sous les pavés, l'Histoire...

Édifiée au XVIIIème siècle sur le site d'un ancien moulin à vent, la ferme Montsouris, rue de la Tombe Issoire dans le XIVème arrondissement, a fonctionné jusqu'au milieu du XXème siècle. Elle accueille une laiterie jusqu'à son démantèlement dans les années 1950, et sa reconversion provisoire...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le mardi 26 nov 2013 à 16:48

    11-EN Conclusion : Le fonds de commerce de la Gauche Caviar est super avantagé et protégé, et c’est à partir de cette constatation, qu’une révolte du privé s’impose… Les bonnets rouges n’en sont que les prémices…Enfant, entends-tu la bête de Guillotin qui gronde et tire sur ses chaînes du fond de son corridor ???...Et quand elle se sera libérée, elle sera sans pitié et plus RIEN ne pourra l’arrêter !!!...

  • mlaure13 le mardi 26 nov 2013 à 16:32

    10-Avantage de leur statut. Près de 80% sont fonctionnaires à vie. Sauf cas rares, ils ne peuvent pas être licenciés. Sur les 20% restants, la moitié est en CDI, donc protégée des aléas économiques. Certes, au titre de la "solidarité" avec le privé, les agents versent, depuis 1983, une petite cotisation chômage. Mais cette ponction, qui n'excède pas 1% de leur revenu, n'a jamais été revalorisée. Dans le privé, cette cotisation - autour de 2,5% à la charge du salarié est régulièrement augmentée

  • mlaure13 le mardi 26 nov 2013 à 16:24

    9-Et toute une série de bonus, logement, mutuelle, prêts bancaires, le "supplément familial de traitement": prime, accordée dès le 1er enfant et cumulable avec les alloc familiales générerait une facture annuelle de plus de 1 milliard d'euros pour l'Etat. Sur l'absentéisme, le décalage n'est pas près de se réduire. Sous la pression des syndicats, Marylise Lebranchu, ministre de la Fonction publique, a supprimé, en février dernier, le jour de carence des fonctionnaires

  • mlaure13 le mardi 26 nov 2013 à 16:17

    8-.Autre privilège, la pension de réversion. Au décès d'un fonctionnaire, une partie de sa retraite est automatiquement reversée au conjoint. Dans le privé, pour en bénéficie, il doit avoir au moins 55 ans, et ne pas dépasser un plafond de ressources. Ces inégalités de traitement entre public et privé ont de beaux jours devant elles. Le Gvt a prévu de réformer d'ici fin 2013 le régime général des retraites dans le privé. Pas celui du public.

  • mlaure13 le mardi 26 nov 2013 à 16:02

    7-Pensions aux petits oignons…les salariés du secteur marchand prennent leur retraite en moyenne à 62,2 ans, les fonctionnaires avant 59 ans. Pis, les catégories "actives", comme les policiers, pompiers, douaniers, aiguilleurs du ciel, peuvent se retirer à partir de 52 ans. Près d' un fonctionnaire sur quatre profite de "bonifications d'annuités", c'est-à-dire de trimestres gratuits. Ces avantages tendent à diminuer. Mais les agents, bien informés, savent en profiter à temps.

  • mlaure13 le mardi 26 nov 2013 à 15:56

    6-Dans le privé, les régimes doivent serrer la vis, et, le 13 mars, patronat et syndicats ont désindexé les retraites de 11,5 millions de bénéficiaires de ces caisses. Résultat: à l'arrivée, le montant des retraites du public est bien supérieur à celui du privé. Ainsi, au 31 décembre 2011, les 2,6 millions de retraités du public ont touché une pension moyenne de 1.724 euros par mois. Contre 1.216 euros dans le privé, selon les chiffres 2010 de l'Insee. Près de... 500 euros d'écart.

  • mlaure13 le mardi 26 nov 2013 à 15:54

    5-Un système de retraite nettement plus avantageux, et bien plus généreux que celui du privé. Leur pension est calculée sur les 6 derniers mois de traitement, celle des salariés du privé sur les 25 meilleures années. Alors que les carrières pleines dans le privé se font rares, ce système creuse l'écart. "Les agents du public ont leur pension garantie à 75% de leur dernier salaire en moyenne. Sauf faillite de l'Etat, ils seront toujours payés

  • mlaure13 le mardi 26 nov 2013 à 15:54

    4-Enfin, leur statut offre aux fonctionnaires toute une série de petits bonus, en matière de logement, de mutuelle, de prêts bancaires... Sans oublier le "supplément familial de traitement": cette prime, accordée dès le premier enfant et cumulable avec les allocations familiales générerait une facture annuelle de plus de 1 milliard d'euros pour l'Etat.

  • mlaure13 le mardi 26 nov 2013 à 15:53

    3-Progression des salaires. En 2010, en pleine crise, le PA des fonctionnaires a + d'1,7% ... Certes, depuis 2011, le gel du point d'indice (base de calcul au traitement du public) a ralenti. Mais avec les avancements, (glissement vieillissement technicité, le fameux GVT),les rémunérations augmentent. La moitié des agents de catégorie B a vu son salaire net progresser de 9,7% en € constants entre 2006/2010, soit 2,3% par an, (rapport de la fonction publique de 2012).

  • mlaure13 le mardi 26 nov 2013 à 15:36

    2-Progression des salaires. En 2010, en pleine crise, le PA des fonctionnaires a + d'1,7% ... Certes, depuis 2011, le gel du point d'indice (base de calcul au traitement du public) a ralenti. Mais avec les avancements, (glissement vieillissement technicité, le fameux GVT),les rémunérations augmentent. La moitié des agents de catégorie B a vu son salaire net progresser de 9,7% en € constants entre 2006/2010, soit 2,3% par an, (rapport de la fonction publique de 2012).