La dernière ferme de Paris, menacée

le
0
Alors que les premières démolitions viennent d'avoir lieu, les opposants au projet d'un promoteur poursuivent leur combat.

Grimper sur les toits d'un bâtiment environnant. L'unique moyen d'obtenir une vue d'ensemble sur les vestiges de la dernière ferme de Paris. Pièce maîtresse des lieux, une vaste grange se dresse au fond d'une parcelle de 2700 m² acquise contre 6,38 M¤, en 2003, par la Société française d'études et de réalisations immobilières (Soférim). Tout autour, le promoteur a cadenassé les entrées et muré les fenêtres de l'ancien immeuble de rapport donnant sur la rue de la Tombe-Issoire (XIVe). Sous le terrain en friche se cachent des carrières médiévales, classées monuments historiques et au c½ur d'une bataille homérique entre la Soférim et un collectif de 37 associations. «Ici, c'est une sorte de mille-feuilles de l'histoire», argumente Thomas Dufresne, le président du collectif. Les fameuses carrières du Moyen Âge croisent les restes d'un aqueduc gallo-romain. Et un pavillon néorenaissance rappelle le Paris du XIXe siècle, comme deux maisons de faubourg. Enfin rappelaient, pour ces dernières, puisque la Soférim a obtenu l'autorisation de les détruire fin 2011. La maison du vacher a aussi fait les frais de l'opération. Selon le collectif, elle appartenait à la ferme originelle bâtie vers 1850 et où les Parisiens ont pu acheter leur lait jusque dans les années 1930. «Ce sont les premières démolitions depuis la mort de l'abbé Keller», regrette Thomas Dufresne. L'abbé Keller, «sorte de prédécesseur de l'abbé Pierre », avait acquis l'ensemble en 1925. Notamment pour y héberger des familles pauvres contre un loyer modeste. «Ce terrain n'aurait jamais dû tomber entre les mains d'un promoteur, s'exclame Thomas Dufresne. Le testament de l'abbé précisait que l'endroit devait conserver sa vocation agricole, sociale et culturelle, mais il n'a pas été respecté.» Pour lui, la Soférim démolit alors qu'elle n'a toujours pas obtenu de permis de construire «grâce aux multiples contentieux que nous avons gagné au tribunal administratif».

80 logements

Lorànt Deutsch et le chef cuisinier Yannick Allèno, perchés au-dessus du toit de la Ferme Montsouris en mars dernier.
Lorànt Deutsch et le chef cuisinier Yannick Allèno, perchés au-dessus du toit de la Ferme Montsouris en mars dernier. Crédits photo : Sébastien SORIANO/Le Figaro

Le promoteur ne conteste pas mais explique que «l'autorisation de travaux a simplement été suspendue en juillet 2011 - laissant le soin au tribunal d'instruire en profondeur le dossier, ce qui est en cours». Son projet prévoit 80 logements et des commerces autour d'un vaste jardin de 700 m². «La dalle que nous allons poser pour les fondations sera située à moins de 10 mètres de profondeur, argumente Anne-Sophie Vassort, la directrice du programme. Or, les carrières, que nous restaurerons sous la surveillance d'un comité technique et scientifique, car des zones sont proches de s'ébouler, sont à 17 m sous terre.» «Leur com', c'est d'affirmer que tout est pourri et qu'ils vont faire un truc merveilleux, mais il est impossible que cela n'ait pas d'impact sur les carrières», réplique Thomas Dufresne. Lui préférerait voir s'installer «quelques logements sociaux, un café associatif et une ferme pédagogique». En avril 2011, un projet de ferme-restaurant «citoyen et viable» avait été évoqué par l'acteur Lorànt Deutsch et le chef Yannick Alléno. «Ils sont venus nous voir, mais depuis on n'a plus de nouvelles, dit Anne-Sophie Vassort. Leur projet ne concernant que la grange, nous sommes ouverts à tout .» Celle-ci doit en effet être vendue ou louée à la Ville de Paris pour devenir un équipement public.

Le maire (PS) du XIVe, Pascal Cherki, injoignable hier, affirmait récemment dans L'Express vouloir sortir de cette situation «ubuesque». «Si le promoteur est à nouveau débouté à l'avenir, je l'inciterai à vendre à la Ville à un prix raisonnable», promettait-il en conseil d'arrondissement. Le feuilleton a encore de beaux jours devant lui.

LIRE AUSSI:

» Une tour du 93 transformée en «Villa Médicis»

» Les promoteurs vont baisser ou stabiliser leurs prix

SERVICE:

» Retrouvez toutes les annonces immobilières sur Paris avec Explorimmo

SUIVEZ LE FIGARO IMMO SUR:

» Twitter: @LeFigaro_Immo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant