La dernière danse de Clément d'Antibes

le
0
La dernière danse de Clément d'Antibes
La dernière danse de Clément d'Antibes

Ça fait dix-huit ans qu'il trimballe son coq Balthazar, son maillot bleu et son sobriquet dans tous les stades du monde pour supporter l'équipe de France. Pourtant, à 68 ans, Clément d'Antibes s'apprête à raccrocher: cet Euro 2016 à la maison sera celui de ses adieux. Et dire que tout a débuté par un coup de foudre pour Daniel Bravo…

Note : suite à un problème d'impression, il manque quelques mots, page 44, dans l'article consacré à Clément d'Antibes dans le numéro de SO FOOT actuellement en kiosque. Pour nous excuser de cette vilaine coquille, nous republions l'article gratuitement ici, sur sofoot.com.

Il est installé pile derrière le but d'Alphonse Areola, à l'échauffement, en train de se faire martyriser par Karim Benzema, Antoine Griezmann, Alexandre Lacazette et Anthony Martial. Ce jeudi 8 octobre 2015, dans l'Allianz Riviera de Nice, Clément d'Antibes s'apprête à encourager l'équipe de France pour la 221e fois, à l'occasion d'un match amical face à l'Arménie, à moins de 25 kilomètres de son appartement antibois. Celui que l'état civil désigne sous le nom de Clément Tomaszewski, aidé par son épouse, "Éliette d'Antibes", fixe une banderole à sa gloire. Avant de déposer sur les 406 sièges réservés par l'association loi 1901 de supporters qu'il préside, et qui porte son nom, des écriteaux, à brandir lors de l'entrée des joueurs, sur lesquels on peut lire une belle coquille: "Clément d'Antibes, FRANCE-ARMEMIE (sic), Allez la France." Main sur le cœur, droit comme un I, Clément entonne ensuite l'hymne national comme si sa vie en dépendait. Les Bleus donnent le coup d'envoi, Clément peut s'asseoir. Enfin.

RTT, cigarillos et Henri Émile


À 68 ans, cet ancien gypso-technicien ("le gars qui fait les plâtres à l'hôpital") à la retraite est fatigué: après sept coupes du monde, cinq championnats d'Europe et des dizaines de matchs amicaux –"Je jonglais entre les RTT et les arrêts maladies pour aller aux matchs. Parfois, je cochais la date: je savais trois mois à l'avance que tel mercredi, je serais malade"–, Clément d'Antibes raccrochera le maillot bleu floqué à son nom après l'Euro 2016. Une décision qu'il a déjà prise en 2010, après le fiasco de Knysna. “"J'ai dit à ce morveux d'Évra que ce n'était pas bien, ce qu'ils avaient fait. Je me saigne en prenant un crédit de 4000 euros pour aller les voir, et eux, ils font grève. Il m'a répondu "Mais j'y suis pour rien, il y avait 25 mecs autour de moi, qu'est-ce que tu veux que je fasse, que je me batte?"…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant