La dernière chance de Rudi Garcia

le
0
La dernière chance de Rudi Garcia
La dernière chance de Rudi Garcia

Alors que la Roma joue ce mercredi soir son avenir en Ligue des champions, son entraîneur Rudi Garcia est sous le feu des critiques. Choix discutables, erreurs de communication, discours qui ne passent plus : l'entraîneur français est au bord du précipice et doit prouver qu'il est l'homme de la situation.

30 août dernier. Deuxième journée de Serie A 2015/2016. Après deux saisons d'échecs, Rudi Garcia et sa Roma parviennent enfin à prendre le meilleur sur la Juventus (2-1). Pjanić a inscrit un coup franc magnifique, Džeko a planté son premier but sous ses nouvelles couleurs, la Juve est à sec au classement : tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes pour les Giallorossi. Quelques semaines plus tard, les hommes de Rudi Garcia s'en vont même chercher la première place de Serie A à la faveur de 5 victoires consécutives de la 6e à la 10e journée. Certes suit une défaite sur la pelouse de l'Inter (1-0), mais la Roma se rattrape immédiatement en gagnant aisément le derby de Rome (2-0). Mieux, quatre jours plus tôt, la Louve s'est également remise dans le coup en Ligue des champions en venant difficilement à bout du Bayer Leverkusen (3-2). L'ambiance est alors de retour au beau fixe du côté de Trigoria. Seulement, le problème est que la Louve n'a plus gagné un seul match depuis. Étrillée à Barcelone (6-1), elle s'est heurtée à trois équipes largement à sa portée (Bologne, Atalanta, Torino) en Serie A. Résultat, la crise est décrétée, et le poste de Rudi Garcia commence à vaciller.

Les œillères de Rudi Garcia


Après deux saisons conclues à la deuxième place du championnat, Rudi Garcia semble toujours incapable d'apprendre de ses erreurs. La saison passée, il s'est brûlé les ailes avec sa fameuse "conviction d'être champion" à la suite de la défaite de la Roma au Juventus Stadium. Il a certes reconnu avoir commis un péché d'orgueil depuis, mais il n'a pas changé son mode de fonctionnement pour autant. Car si on peut comprendre son coup de gueule légitime après le match nul de la Louve sur la pelouse gorgée d'eau de Bologne (2-2), sa gestion du déplacement sur la pelouse du Barça est, elle, indéfendable. Avant cette rencontre, Garcia avait assuré qu'il n'existait pas d'équipe imbattable, même si la tâche des siens allait être difficile. Six buts dans la musette et une prestation calamiteuse plus tard, son discours avait un poil changé de ton : "Il fallait un miracle, il n'est pas arrivé. Le Barça est imbattable en ce moment, de toute façon on ne sera pas les derniers à prendre six buts ici", se défendait-il. Un discours qui révèle une nouvelle fois son…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant