La députée PS Sylvie Andrieux au tribunal

le
1
Le procès de l'élue marseillaise s'ouvre lundi pour trois semaines. Il lui est reproché d'avoir détourné 740.000 euros de subventions pour mettre en place un système clientéliste.

L'«affaire Guérini» n'est pas la seule casserole du Parti socialiste à Marseille. Il y a également l'affaire du détournement de 740.000 euros de subventions du conseil régional de Paca au profit d'associations bidon pour laquelle la députée socialiste des Bouches-du-Rhône, Sylvie Andrieux, 51 ans, et vingt et un autres prévenus (majoritairement des responsables d'associations) sont renvoyés devant le tribunal correctionnel. Le procès s'ouvre lundi pour trois semaines.

Il est reproché à l'ancienne vice-présidente de la région, en charge de la politique de la ville, d'avoir «détourné au profit de sa carrière politique personnelle des fonds publics initialement destinés à aider des associations des quartiers déshérités en grande difficulté», estime le juge d'instruction Franck La...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le lundi 4 mar 2013 à 17:03

    Il faut des exemples excessivement sévères, pénalement, pécuniairement et civilement, avec, comme comme pour un gérant de société, interdiction pendant 1O à 15 ans !!!...Et ce, pour toutes tendances politiques !!!...Il n'y a que par la dureté des sanctions que l'on arrivera à extirper ce cancer de la politique mafieuse !!!...