La députée Karine Berger provoque l'hilarité sur Twitter

le
28
La députée Karine Berger provoque l'hilarité sur Twitter
La députée Karine Berger provoque l'hilarité sur Twitter

«Karine Berger is the new Chuck Norris.» Le nom de la députée socialiste des Hautes-Alpes est rapidement devenu l'un des plus cités sur Twitter ce vendredi. En milieu d'après-midi, elle figurait même devant le nouvel entraîneur du PSG, Laurent Blanc. L'objet de cette soudaine popularité ? Une interview que l'élue des Hautes-Alpes a accordée dimanche dernier au quotidien «La Provence» et qui a suscité l'hilarité générale sur le réseau social.

Elle se définit comme «une vraie intellectuelle»

Il faut dire que les déclarations de la jeune élue sont sans complexe. «Effectivement, je suis l'un des députés les plus visibles. J'ai le sentiment surtout d'être extraordinairement influente dans l'équilibre croissance - austérité. Ma voix a fortement porté et le Président de la République l'a entendue», reconnaît-elle sans ambages, se félicitant dans les colonnes du quotidien régional de sa «capacité à faire bouger les lignes dès la première année de (son) élection».

Celle qui se définit comme «une vraie intellectuelle», voit même dans sa notoriété «une occasion pour les Haut-Alpins de se rabibocher avec le reste du pays». Et raconte comment elle a... refusé une invitation de Matignon pour pouvoir enfin accorder un peu de son temps à ses amis.

Comparée à... Chuck Norris

Une interview, que les internautes ont jugé bien immodeste. Depuis, les sarcasmes vont bon train. Karine Berger est raillée sur le même mode que Chuck Norris, cet acteur américain dont la prétendue supériorité est devenu un sujet de blague récurrent.

«Laurent Blanc vient de signer au PSG; Karine Berger avait donné son feu vert dans la matinée», ironise ainsi un Twittos. Ou encore : «Karine Berger peut compter jusqu'à l'infini deux fois de suite.» Mais aussi : «Ivre, Karine Berger aurait déclaré n'être qu'un personnage politique de second rang.» Et : «Pythagore enseignait le théorème de Karine Berger. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dsta le jeudi 4 juil 2013 à 10:43

    C'est la même qui critiquait Chirac lorsqu'il était parti lorsque l'on sifflait la Marseillaise lors du match de foot France Algérie ! Sans aurait il dû siffler, lui aussi !Bel exemple de patriotisme et de bon sens !

  • jbbcc le mardi 2 juil 2013 à 18:52

    vraie intellectuelle et veritable iatus en francais mais c est vrai que tout le monde s·en fout

  • a.laroc2 le mardi 2 juil 2013 à 11:29

    faut dire que vu sa tronche à part se regarder le nombril elle ne doit pas avoir grand chose à faire le soir

  • laeti453 le lundi 1 juil 2013 à 16:29

    Il parait que pour la rime elle fait l'apologie de l'énergie tirée de la biomasse.

  • lm123457 le vendredi 28 juin 2013 à 17:10

    Le pire est que même quand on n'entendra pas parler d'elle, elel continuera de se considérer comme le centre du monde. Cela dit, pour une fois, la droite ne fait pas mieux.

  • lsleleu le jeudi 27 juin 2013 à 09:35

    Quand je pense qu'on la paye

  • knbskin le samedi 22 juin 2013 à 18:24

    Exact, fbordach, une statisticienne folle mâtinée de Sciences Po ... Apparemment, on échappe à l'ENA ... Tous les espoirs sont permis ! :) Mais bon, pour s'auto-définir comme "une vraie intellectuelle", il ne faut pas manquer d'air ! :-D

  • fbordach le samedi 22 juin 2013 à 17:50

    Polytechnicienne sans aucune modestie, n'ayant jamais quitté ses études, n'ayant jamais confronté ses théories, abstraites, hors-sol, à l'épreuve des faits, petits, mesquins, mais si révélateurs, revêche. Si la réalité dément ses idées, c'est la réalité qui a tort. C'est le genre de bulldozer intellectuel qui a donné naissance à la blague "la différence entre un train et un Polytechnicien, c'est que le train, quand il déraille, il s'arrête."

  • fbordach le samedi 22 juin 2013 à 17:45

    Tiens, l'idiot utile fait encore preuve d'une rare fulgurance intellectuelle et d'un magnifique hors sujet. Qui veut l'inviter Mercredi soir?

  • psdi le samedi 22 juin 2013 à 16:59

    la guerre est déclarée. La dernière offensive est signée Sarkozy. "C'est le pire des traîtres, il n'est pas capable de me dire en face ce qu'il dit dans les médias !", aurait lancé l'ancien chef de l'Etat à l'un de ses visiteurs, à propos de François Fillon. Une charge révélée par "Le Monde" du samedi 22 juin qui s'intéresse à la manière dont l'ancien président "prépare son retour".