La déprime des ménages tempère l'espoir de reprise

le
4
LA CONFIANCE DES MÉNAGES
LA CONFIANCE DES MÉNAGES

PARIS (Reuters) - La confiance des ménages français a encore baissé en juin pour s'établir à un niveau jamais constaté dans les statistiques, un résultat qui tempère l'espoir de reprise économique né de l'amélioration des indicateurs sur l'activité des entreprises.

Selon les chiffres publiés jeudi par l'Insee, l'opinion des ménages sur leur niveau de vie futur a encore baissé pour établir un nouveau point bas. Les perspectives d'évolution du chômage se sont selon eux encore aggravées, ce qui s'accompagne d'une hausse du sentiment sur l'opportunité d'épargner et d'un recul de celui sur l'opportunité d'effectuer des achats importants.

L'écart entre opportunité d'épargner et opportunité de faire de tels achats reste proche de ses plus hauts niveaux, ce qui devrait peser davantage encore sur la consommation, après des baisses en avril et au premier trimestre, malgré une hausse du pouvoir d'achat sur les trois premiers mois de l'année.

La pression négative sur la consommation pourrait encore être accrue par les hausses des impôts qui toucheront les ménages dans la deuxième partie de l'année.

En juin, l'indicateur de la confiance des ménages est ressorti bien inférieur à la prévision moyenne des économistes, l'indice perdant un point à 78 contre 81 attendu en moyenne.

Ce recul, qui place cet indice à un nouveau plus bas dans les statistiques de l'Insee qui remontent à 1972, tranche avec l'amélioration de plusieurs indicateurs d'activité qui font espérer aux économistes et au gouvernement une sortie graduelle de la récession actuelle.

Le climat des affaires s'est ainsi légèrement amélioré en juin, avec notamment un mieux dans l'industrie, les indicateurs PMI des directeurs d'achats montrent un ralentissement de la contraction dans l'industrie comme dans les services en juin et la production industrielle a rebondi en avril.

Dans sa note de conjoncture trimestrielle publiée jeudi dernier, l'Insee prévoit un léger rebond de l'activité au deuxième trimestre (+0,2%) suivi d'une stagnation au troisième et d'une progression de 0,1% au quatrième.

Les chiffres du chômage de mai publié mercredi ont quant à eux constitué une bonne surprise, avec une interruption de la hausse continue du nombre de demandeurs d'emploi depuis deux ans. Seulement 100 chômeurs supplémentaires étaient inscrits dans la catégorie la plus regardée, et 3.600 de moins en comptant ceux ayant exercé une activité réduite.

Le ministère du Travail a cependant immédiatement prévenu que "cette stabilisation de mai s'inscrit dans une tendance qui reste à la hausse, et le restera dans les mois à venir" et que "ce résultat n'est pas encore le retournement" de la courbe du chômage d'ici fin 2013 que s'est fixé comme objectif François Hollande.

Selon l'indicateur de la confiance des ménages, l'opinion de ces derniers sur leur situation financière passée a augmenté d'un point en juin, celle sur leur situation financière future est stable, et celle sur l'opportunité de faire des achats importants a baissé d'un point.

L'opinion des ménages sur leur capacité d'épargne actuelle recule d'un point et celle sur leur capacité à épargner dans les mois à venir perd trois points. Les ménages sont un peu plus nombreux à considérer opportun d'épargner (+2 points), ce solde restant "largement au-dessus" de sa moyenne de longue période.

Les perspectives d'évolution du niveau de vie continuent de baisser (-2 points), atteignant un nouveau minimum historique et les ménages sont plus nombreux à anticiper une augmentation du chômage, le solde gagnant deux points.

Jean-Baptiste Vey, édité par Marc Joanny

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • g.gicque le jeudi 27 juin 2013 à 13:19

    Commentaires.... Quel niveau!

  • M2280901 le jeudi 27 juin 2013 à 13:01

    Encore un record battu par les socialos

  • g.dupuy le jeudi 27 juin 2013 à 12:59

    Il est beau le changement, ce fumier de hollande va ruiner le pays

  • techluxo le jeudi 27 juin 2013 à 12:37

    a force de taxe les ménages peuvent plus merci grosmouland & zérault