La démondialisation de Montebourg laisse sceptique

le
0
Celui qui fait figure aujourd'hui de troisième homme dans la primaire s'est employé ces derniers mois à diaboliser un modèle économique dont il ne veut plus.

«Démondialiser» dans un monde mondialisé... Tout un programme! Arnaud Montebourg ne veut pas «distribuer des chèques-vacances à tout le monde» , comme il s'en est amusé lors d'un des débats pour la primaire. Ce qu'il veut, c'est «transformer le système économique», «s'émanciper de la finance», «créer un capitalisme coopératif». Ce que retiendront surtout les Français, ce sont ses deux idées phares: le renforcement du protectionnisme et la mise sous tutelle des banques. Nombreux sont ceux qui y voient de la démagogie. Lui y croit dur comme fer. «Le moment est venu que l'État redevienne fort et prenne le contrôle de l'économie» , plaide-t-il. Reste à se souvenir que la France n'est pas une île...

Ce qu'il veut donc d'abord, c'est «mettre au pas le système financier, ce système qui a acheté la politique». Celui qui fait figure aujourd'hui de troisième homme dans la primaire s'est employé ces derniers mois à diaboliser un modèle dont il ne v

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant