La demande en crédits va rester faible selon la BCE

le
1

FRANCFORT (Reuters) - La demande en crédits de la part des entreprises et des ménages dans la zone euro devrait rester faible au cours des mois à venir, ce qui devrait limiter les risques inflationnistes, a indiqué jeudi la Banque centrale européenne dans son bulletin mensuel.

L'injection de plus de 1.000 milliards d'euros à trois ans par la BCE n'a pas eu d'impact spectaculaire sur la prise de crédits, consommateurs et entreprises continuant de jouer la carte de la prudence en raison du climat d'incertitudes.

"Les principaux indicateurs suggèrent que la demande en crédits des ménages et des sociétés non-financières devrait rester faible, au moins au cours de la première partie de 2012", dit la BCE.

Elle constate par ailleurs que la tendance voulant que les banques durcissent les conditions d'octroi de prêts se confirme.

Jeudi, également, Peter Praet, membre du directoire de la BCE, a jugé que la situation économique mondiale restait "extrêmement compliquée".

Eva Kuehnen, Nicolas Delame pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • abacchia le jeudi 12 avr 2012 à 18:26

    Elle est bien bonne ! C'est la demande qui reste faible, ou c'est l'offre qui est complètement et totalement tarie ? Qu'est-ce qu'il ne faut pas ire pour ne pas avoir à admettre que les 1.000 Milliards € déversés, à 3 ans et à un taux ridicule de 1%, n'auront aucunement servis à relancer ni le crédit, ni la croissance. Je spécule, tu spécules, il spécule, on fait n'importe quoi, et peu importe, puisqu'en cas de problème les bons contribuables Européens remettront au pot, "pour leur bien" !!!