La déforestation de la planète se poursuit mais à un rythme ralenti

le
1
La déforestation de la planète se poursuit mais à un rythme ralenti
La déforestation de la planète se poursuit mais à un rythme ralenti

«Comment les forêts de la planète changent-elles ?» C'est l'intitulé du document publié à l'ouverture de la 14e édition du Congrès forestier mondial, qui se tient jusqu'à vendredi à Durban, en Afrique du Sud.

La planète a perdu 129 millions d'hectares de forêts en 25 ans, soit l'équivalent de la superficie de l'Afrique du Sud. Mais le rythme de la déforestation a fortement ralenti, une évolution finalement «très encourageante», a déclaré l'ONU ce lundi 7 septembre.

«Même si à l'échelle mondiale l'étendue des forêts continue de diminuer alors que la croissance démographique et l'intensification de la demande en nourriture et en terres se poursuivent, le taux de perte nette de forêts a chuté de plus de 50%» entre 1990 et 2015, révèle un rapport de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Plus d'arbres dans le monde que prévu

Quelques jours auparavant, une étude publiée dans la revue Nature fixait à 3000 milliards le nombre d'arbres dans le monde. C'est davantage que ce que le précédent décompte avait cru révéler (400 milliards), la nouvelle méthode étant plus précise puisqu'en plus des images satellitaires, des relevés de terrain ont été organisés.

En dépit de ce constat encourageant qui relève le nombre d'arbres par personne sur Terre à 422 au lieu de 61, la superficie forestière a diminué de 3,1% en 25 ans, chutant de 4,128 milliards d'hectares en 1990 à 3,999 milliards en 2015. Un total de 129 millions d'hectares de forêt, soit la superficie de l'Afrique du Sud, ont été rayés de la surface de la Terre en un quart de siècle, constate la FAO.

Pour autant, le rythme du changement a ralenti de plus de 50% entre 1990 et 2015, se réjouit l'organisation: le taux annuel de perte nette de forêts - qui prend en compte les plantations de nouvelles forêts - est passé de 0,18% dans les années 90 à 0,08% au cours des cinq dernières années.

Ralentissement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bearnhar le mercredi 9 sept 2015 à 17:03

    Moins il restera de forets, plus ça ralentira, ça c'est sur !