La déflation, un faux débat ?

le
13
Mario Draghi se tient prêt à assouplir encore sa politique monétaire pour lutter contre la déflation.
Mario Draghi se tient prêt à assouplir encore sa politique monétaire pour lutter contre la déflation.

"Le risque de déflation est réel." L'avertissement de Manuel Valls, à la sortie d'un séminaire gouvernemental, début août, n'a jamais semblé aussi justifié, au moment où François Hollande rencontrait le président de la BCE, lundi à l'Élysée. Le mois dernier, les prix en zone euro n'ont augmenté que de 0,3 % par rapport au mois d'août de l'année dernière, selon la première estimation de l'institut européen de statistique, Eurostat. Il s'agit de la plus faible inflation annuelle enregistrée depuis 2009, bien loin de l'objectif d'une hausse des prix inférieure mais proche de 2 %. La France ne fait pas exception. En juillet (dernier chiffre disponible), ils ont faiblement progressé de 0,5 %. Quant à l'Espagne et l'Italie, elles ont rejoint la Grèce et le Portugal au rang des pays dans lesquels ils baissent pour de bon. Un symptôme de la possible déflation ? Pour l'économiste Jean-Marc Daniel, le débat autour de cette menace passe à côté de l'essentiel. Pas de baisse régulière des prixLa déflation, rappelle ce spécialiste de l'histoire économique, se traduit par une baisse régulière et auto-entretenue des prix, baisse favorisée par une contraction de la masse monétaire. Elle s'enclenche lorsqu'il existe un excès d'offre par rapport à la demande, c'est-à-dire que les entreprises produisent plus que ce qu'elles peuvent écouler. La zone euro pourrait effectivement être considérée dans cette situation, elle qui dégage un...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pierry5 le mercredi 3 sept 2014 à 09:05

    Frk987 entre 1700 et 1913 inflation nulle et le monde se portait à merveille, sauf qu'il il a eu de nombreuses guerres qui ont coûté la vie à des millions de personnes. Effectivement c'était merveilleux. Ceci dit l'inflation a été nécessaire pour élever le niveau de vie des gens mais n'est plus spécialement nécessaire maintenant c'est d'ailleurs comme le socialisme.

  • lorant21 le mercredi 3 sept 2014 à 08:57

    allez hop, la TVA sociale à 25%. En plus des ses avantages industriels, elle fera remonter les prix!

  • b.renie le mercredi 3 sept 2014 à 08:55

    Enfin débusquer tous les tricheurs des paradis fiscaux, de la finance spéculative, des profiteurs des subventions, de ceux qui abusent des aides sociales, tous pillent la générosité que contient la vraie solidarité qui est un échange et non pas une prébende à sens unique. Oui la déflation est un remède de cheval mais un remède à la situation que les dirigeants ont créée par lâcheté au moins manque de courage.

  • b.renie le mercredi 3 sept 2014 à 08:52

    Réduire à cheval,la dépense publique : premier objectif pour arrêter l'accroissement de la dette, ne pas lancer la BCE dans la folle et finalement suicidaire création monétaire de la FED. Cela ne revient qu'à différer la réduction des causes de l'effondrement économique général dont on crée les conditions en ne les résolvant pas. La déflation contrôlée est le remède qui évitera le pire.

  • b.renie le mercredi 3 sept 2014 à 08:46

    La drogue ? la dette monstrueuse qu'on accepté de nous faire souscrire insidieusement et qu'il faut rembourser en même temps que conduire les réformes difficiles et coûteuses différées par des dirigeants sans valeur réelle pour ces fonctions, qu'il faut entreprendre maintenant absolument pour rendre à la France le rang qui est le sien dans le concert des nations et rendre effectif le droit au travail prescrit par la Déclaration des doits de l'homme

  • europe78 le mercredi 3 sept 2014 à 08:46

    Demandez aux Japonais ce qu'ils en pensent ! Ca a été la catastrophe pendant 25 ans.

  • b.renie le mercredi 3 sept 2014 à 08:41

    La gestion du développement économique est l'équivalent de l'art de l'équilibriste sur son fil d'acier tendu entre les deux tours de Notre Dame à Paris. Or avec l'arrivée de Mitterrand suivie de celle de son filleul Jacques Chirac, la France a été malmenée droguée par une politique sociale irréaliste et un attentisme frileux, dormez les petits tout est en ordre, alors que le monde bouleversait son mode de fonctionnement exigeant de la part de tous les pays un aggiornamento drastique.

  • heimdal le mercredi 3 sept 2014 à 08:36

    Enfin un éconmiste sérieux et non à la solde du pouvoir .

  • frk987 le mercredi 3 sept 2014 à 08:17

    Entre 1700 et 1913 on peut dire que l'inflation était quasi nulle en Europe, avec une simple pointe en France pendant la Révolution, et pourtant le monde économique se portait à merveille, alors leurs craintes de déflation...de l'enfumage.

  • gb00b04 le mercredi 3 sept 2014 à 08:13

    La déflation est l'arme qui va contraindre les états à se serrer la ceinture... Finie la fuite en avant après 40ans de déficits budgétaire continus. Au passage c'est aussi un moyen de récupérer du pouvoir d'achat.