La déflation accroît la pression sur la Banque du Japon

le
0
PRESSION SUR DES MESURES DE SOUTIEN À LA CROISSANCE SUR LA BANQUE DU JAPON
PRESSION SUR DES MESURES DE SOUTIEN À LA CROISSANCE SUR LA BANQUE DU JAPON

TOKYO (Reuters) - Le Japon reste embourbé dans la déflation, selon les dernières statistiques publiées vendredi, une situation qui fait monter la pression en faveur de mesures de soutien à la croissance de la part de la banque centrale japonaise la semaine prochaine.

Cinq mois d'affilée de baisse des prix à la consommation renforcent l'hypothèse selon laquelle la Banque du Japon devrait accroître son plan de rachats d'actifs, probablement de 10.000 milliards de yen (96,6 milliards d'euros), lors de sa réunion du 30 octobre pour tenter de sauver le pays de la récession.

Le gouvernement maintient également la pression, avec un appel du ministre de l'Economie Seiji Maehara en faveur d'une action conjointe résolue de la part du gouvernement et de la banque centrale afin de soutenir la croissance japonaise.

Le conseil des ministres du gouvernement japonais a de ce fait approuvé vendredi un programme de subventions et d'incitations fiscales de 422,6 milliards de yens (4,1 milliards d'euros) pour soutenir la croissance, qui seront pris sur les réserves budgétaires de l'Etat afin d'éviter d'augmenter l'endettement du pays.

"Les banques centrales du monde entier assouplissent leur politique monétaire. La BOJ elle-même a fixé un objectif d'inflation de 1% en février, qui n'a pas été atteint", a déclaré à la presse Seiji Maehara après le conseil des ministre.

"Avec la poursuite de la baisse des prix, je veux demander à la banque centrale de poursuivre une politique forte d'assouplissement monétaire", a-t-il ajouté.

Le gouvernement à la possibilité d'envoyer un représentant aux réunions de la Banque du Japon et Seiji Maehara a dit qu'il souhaitait y assister la semaine prochaine.

Lors de cette réunion, la banque centrale devrait revoir en baisse ses estimations de croissance et d'évolution des prix et avouer que la réalisation de ses objectifs est plus lointaine qu'elle ne le pensait auparavant.

L'inflation sous-jacente a baissé de 0,1% en rythme annuel au mois de septembre, légèrement moins que prévu, mais les économistes ont noté que cette bonne surprise était uniquement liée à la hausse des coûts de l'énergie et masquait des pressions déflationnistes persistantes dans une économie faible.

"Les prix sont ressortis plus faibles que ne l'avait prévu la BOJ et l'économie ralentit plus vite qu'elle ne l'avait anticipé, avec une baisse des exportations comme de la demande (intérieure)", a souligné Yoshimasa Maruyama, chef économiste pour l'institut de recherche économique Itochu à Tokyo.

"En conséquence, je pense que la BOJ va ajouter 10.000 milliards de yen à son programme de rachats d'actifs la semaine prochaine, sous la pression de l'économie réelle et des dirigeants politiques."

Tetsushi Kajimoto, Leika Kihara et Stanley White, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant