La défense de Colonna mise en difficulté

le
0
Michèle Alessandri, femme d'un des membres du commando Érignac, a eu du mal à expliquer l'écart entre ses premières déclarations accablant l'accusé et son revirement tardif.

Il y a bien des manières de se noyer, à la barre de la cour d'assises de Paris, ce morceau de bois auquel, les mains moites, on se cramponne, mais qui ne vous retient pas. Certains témoins sombrent en hurlant, d'autres crânent avant de couler. Michèle Alessandri, elle, se noie à bas bruit, parce qu'elle ne peut pas faire autrement.

Ses dépositions, en mai 1999, ont contribué à sceller le sort de son mari, Pierre Alessandri, condamné à perpétuité en 2003 après qu'il eut admis sa participation à l'assassinat du préfet Érignac. Surtout, les mots de cette femme qui murmure enserrent Yvan Colonna dans une tenaille d'airain. Certaines phrases ont, dans ce dossier, la force des éléments matériels qui font défaut.

«Quelque chose de très grave»

Placée en garde à vue il y a douze ans, jour pour jour, Mme Alessandri, une Angevine installée en Corse par amour, commence par fournir un alibi à l'homme dont elle partage la vie depuis qu'elle a 17 ans et qu'elle ne voi

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant