La défaite de Mennucci symbole de la faillite à gauche

le
0
Patrick Mennucci a échoué à prendre la mairie de Marseille à Jean-Claude Gaudin.
Patrick Mennucci a échoué à prendre la mairie de Marseille à Jean-Claude Gaudin.

La bérézina des municipales et l'actualité du remaniement masqueront pour quelques semaines encore la faillite totale de la direction du Parti socialiste par Harlem Désir. L'histoire retiendra que l'ancien président fondateur de SOS Racisme, en autorisant le candidat socialiste à se maintenir dans le 7e secteur marseillais, a permis à un candidat du Front national de se faire élire dans l'un des plus gros arrondissements de la ville la plus cosmopolite de France. Pis, Stéphane Ravier, qui représente désormais 150 000 habitants, aura la main sur plusieurs quartiers populaires.Il faut remonter à la primaire socialiste d'octobre 2013 pour décortiquer à la source l'échec total de la stratégie mise en oeuvre à Marseille. Alors que la sénatrice, élue des 15e et 16e arrondissements, Samia Ghali, était arrivée en tête du premier tour, le Parti socialiste et l'Élysée avaient décidé de soutenir le député-maire Patrick Mennucci. Tous coupablesLe député avait, pensaient-ils, le vent en poupe : élu maire de secteur en 2008 - sur la liste de Jean-Noël Guérini -, puis député en 2012, l'hôtel de ville était, vu de Paris, à la portée de l'ancien directeur de campagne de Ségolène Royal. Le soutien a été unanime. À Solférino, Harlem Désir, Alain Fontanel, qui détenait la tutelle de la fédération des Bouches-du-Rhône depuis la capitale, et Christophe Borgel, le secrétaire national aux élections, se sont mobilisés. Ils ont été aidés par...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant