La déclaration de Nicolas Sarkozy

le
8
Nicolas Sarkozy lors de sa déclaration au soir du premier tour de la primaire de la droite et du centre le 20 novembre 2016 à Paris ( POOL/AFP / IAN LANGSDON )
Nicolas Sarkozy lors de sa déclaration au soir du premier tour de la primaire de la droite et du centre le 20 novembre 2016 à Paris ( POOL/AFP / IAN LANGSDON )

Voici de larges extraits de la déclaration de Nicolas Sarkozy, battu au premier tour de la primaire de la droite:

"Comme je l'ai toujours fait tout au long de ma vie politique, j'ai défendu mes valeurs, j'ai défendu mes convictions, avec ardeur, avec passion, et avec le souci exclusif de la France. Je ne suis pas parvenu à convaincre une majorité d'électeurs. Je respecte et je comprends la volonté de ces derniers de choisir pour l'avenir d'autres responsables politiques que moi.

Je veux féliciter François Fillon et Alain Juppé qui sont qualifiés pour le second tour. Ce sont deux personnalités de grande qualité qui font honneur à la droite française. J'ai travaillé en confiance avec chacun d'eux. J'ai beaucoup d'estime pour Alain Juppé mais les choix politiques de François Fillon me sont plus proches.

François Fillon à son arrivée à son siège de campagne le 20 novembre 2016 à Paris
François Fillon à son arrivée à son siège de campagne le 20 novembre 2016 à Paris ( POOL/AFP / GONZALO FUENTES )

Les électeurs qui m'ont fait confiance sont naturellement libres de leur décision. Je leur demanderai cependant de ne jamais emprunter la voie des extrêmes. La France mérite tellement mieux que le choix du pire.

L'idée que je me fais de mon devoir est de dire avec franchise, avec clarté, avec loyauté que quels que soient mes désaccords passés avec lui, François Fillon me parait avoir le mieux compris les défis qui se présentent à la France. Je voterai donc pour lui au second tour de la primaire. (...)

Et je veux dire à mon épouse Carla et à mes enfants que j'ai bien le sentiment de leur avoir imposé beaucoup d'épreuves parce que c'est pas facile de vivre aux cotés d'un homme qui suscite parfois tant de passions.

Carla Bruni-Sarkozy à son arrivée au siège de campagne de Nicolas Sarkozy le 20 novembre 2016 à P
Carla Bruni-Sarkozy à son arrivée au siège de campagne de Nicolas Sarkozy le 20 novembre 2016 à Paris ( AFP / Eric FEFERBERG )

Il est donc temps maintenant pour moi d'aborder une vie avec plus de passions privées et moins de passions publiques. Bonne chance à la France, bonne chance à vous mes chers compatriotes, soyez certains que Français je suis, Français je reste, et que tout ce qui de près ou de loin touche à la France me touchera toujours personnellement.

Je suis comme ça, on ne change pas. Je n'ai aucune amertume, je n'ai aucune tristesse, et je souhaite que le meilleur pour mon pays, pour vous mes chers compatriotes, et pour celui qui aura à conduire ce pays que j'aime tant. La droite a donné une bonne image, j'ai été heureux de participer à ce combat, au revoir à tous".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6749774 il y a une semaine

    Vous aller voir les affaires de justice s'évanouir doucement...

  • cresus57 il y a une semaine

    Il vote Fillon en espérant une protection de la part de son ancien collaborateur contre le traitement judiciaire de ces casseroles...

  • mlaure13 il y a une semaine

    cacciat14...vous semblez oublier qu'un chômeur ne peut HÉLAS, que faire parti du privé...;-)

  • jfvl il y a une semaine

    Nettement plus digne que les journalistes !

  • mlaure13 il y a une semaine

    Chapeau l'artiste...il a été au bout de ses convictions...et rendons à César ce qui lui appartient, en laissant notre rancœur de côté...;-)

  • jilic il y a une semaine

    NS doit maintenant rendre ses comptes avec la Justice et ce ne seront pas des intérêts privés !

  • cacciat4 il y a une semaine

    et tout ces chomeurs professionnels du privé vous en faite quoi

  • M8252219 il y a une semaine

    Il ne peut pas y avoir d'avancée sociale sans production de richesses , Il n'y a pas d'égalité sociale quand plus de 5 millions de personnes , statuts spéciaux , fonctionnaires et assimilés vivent sur le dos des salariés et des entreprises. Départ en retraite plus tôt , Meilleurs calcul de la retraite , absence au travail double du privé , temps de travail inférieur au privé .