La décision de Moody's maintient la pression sur l'exécutif

le
0

Les partenaires sociaux sont reçus aujourd'hui à Matignon par Jean-Marc Ayrault pour préparer le pacte de compétitivité.

Bien qu'ils soient nombreux à vouloir montrer un certain détachement par rapport à la sentence des agences de notation, à Bercy, ils ont soufflé... Mais ils savent que le répit est de courte durée. Vendredi soir, Moody's a décidé de ne rien changer à la notation de la France, qui garde son Aa1 assorti d'une «perspective négative». Immédiatement, Pierre Moscovici, en déplacement à Davos, s'est félicité que l'Hexagone «garde donc la deuxième meilleure note sur une échelle qui en compte plus de 20» et que cette décision «témoigne des nombreux atouts de notre économie et de la reconnaissance de la stratégie économique du gouvernement».

La note publiée par l'agence de notation est pourtant tout sauf un blanc-seing donné à Paris ; elle maintient au contraire une forte pression sur l'exécutif français. Certes, «le gouvernement a introduit...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant