La «débâcle» de la sécurité privée des JO

le
0
Critiquée de toutes parts, l'entreprise spécialisée G4S reconnaît son incapacité à remplir son contrat.

Quand un soldat parle de «débâcle», il y a de quoi s'inquiéter. Plus encore lorsqu'il s'agit d'un secrétaire d'État à la Défense, l'ancien militaire Andrew Robathan, qualifiant le dispositif de sécurité des Jeux olympiques qui défraye la chronique en Grande-Bretagne depuis plusieurs jours. Les manquements de la firme de sécurité privée G4S, principal prestataire des organisateurs en la matière, continuent à susciter les polémiques.

Son patron, Nick Buckles, a fait face mardi à un accablant interrogatoire de la commission des affaires intérieures de la Chambre des communes, devant laquelle il avait été convoqué. Il a reconnu l'«humiliante pagaille» provoquée par sa société qui ne parvient pas à remplir son contrat.

Réputation «en lambeaux»

Mardi matin, à l'entrée de la presse du parc olympique, à l'est de Londres, des militaires en tenue de camouflage assuraient le filtrage des visiteurs, en lieu et place des vigiles prévus par G4S. Sur le site de course

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant