La DCRI visée par une enquête dans l'affaire Merah

le
1
Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après les plaintes de proches d'une victime du «tueur au scooter». Celles-ci reprochent au renseignement intérieur français de ne pas avoir su empêcher ses crimes.

Le parquet de Paris a ouvert lundi une enquête préliminaire après les plaintes de proches d'une victime de Mohamed Merah, qui reprochent au renseignement intérieur français de ne pas avoir su empêcher ses crimes, a-t-on appris de source judiciaire. Confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), la «police des polices», elle est distincte des investigations conduites par trois juges antiterroristes pour déterminer les éventuelles complicités dont Merah aurait bénéficié. Son frère, Abdelkader, est la seule personne mise en examen et écrouée dans cette instruction. Plusieurs enquêtes sont par ailleurs en cours sur des violations du secret de l'instruction.

Plusieurs membres de la famille du caporal Abel Chennouf, assassiné par...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3442903 le mardi 19 fév 2013 à 08:26

    ce gouvernement fait des ronds de jambes a tous groupes minoritére qui demande des lois perso ou avantage au détriment des majorités