La cyberguerre ou l'art de gagner du temps sur l'ennemi

le
0
DÉCRYPTAGE - L'armée américaine a investi le cyberespace et coproduit des virus informatiques, comme ceux qui ont pris pour cible les installations nucléaires iraniennes.

Ni bombe atomique ni frappes militaires. Pour les États-Unis, le dossier nucléaire iranien s'apparente à un casse-tête chinois dont la solution réside peut-être au c½ur du cyberespace. Lorsqu'il décide d'accélérer la cyberguerre amorcée contre l'Iran par son prédécesseur, Barack Obama veut avant tout empêcher Tsahal, l'armée israélienne, d'intervenir contre les installations clandestines iraniennes.

Après les bourbiers irakien et afghan dont il a eu tant de mal à s'extirper, le président américain n'a pas envie d'ouvrir un nouveau front dans la région et de prendre le risque de la déstabiliser. Mis en difficulté par son adversaire républicain, il tente de convaincre son allié israélien, de plus en plus impatient, car il considère que la ligne rouge sera franchie à l'automne par Téhéran, de retenir sa force, au moins jusqu'à l'élection américaine, en novembre.

En coproduisant les virus informatiques qui ont pris pour cible ces dernières années les i

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant