La cure d'austérité commence pour les Italiens

le
0
Le gros des sacrifices (40 milliards d'euros sur les 48 milliards censés ramener le budget à l'équilibre d'ici trois ans) est toutefois renvoyé à 2013 et 2014. Sachant que des élections auront lieu au printemps 2013?

Il n'a pas fallu longtemps aux Italiens pour comprendre ce que signifiait le plan d'austérité adopté vendredi en un temps record par le Parlement. Dès lundi matin, tout patient se présentant aux urgences devait s'acquitter d'un ticket modérateur allant de 10 à 25 euros, alors que les consultations ordinaires étaient jusque-là gratuites.

Sept régions ont refusé d'appliquer la mesure : elles devront faire des économies par ailleurs. Les treize autres, dévorées par des déficits énormes de leur budget de santé, n'ont pu s'y soustraire. La santé n'est qu'un des domaines - même s'il est l'un des plus visibles - où l'austérité frappera durement les Italiens. Elle représentera, en moyenne, un coût de 1000 euros par famille pour l'année en cours, selon les calculs de la presse italienne.

Parmi les premières mesures, beaucoup sont fiscales : super-vignette sur les grosses cylindrées, impôt de solidarité de 5 % sur les retraites supérieures à 90.000 euros,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant